Vua aérienne de la basilique de Cléry-Saint-André

Parcours mémoire de crues

24 avril 2018

Élaboré par l’Établissement public Loire, ce parcours libre en rives droite et gauche de la Loire nous replonge aux temps des inondations historiques d’Orléans à travers quatorze repères de crue. L’occasion de (re)découvrir le patrimoine architectural et le lien qu’entretient la cité avec le fleuve sans perdre de vue que la menace existe toujours.

Mémoire de crue rue des Tanneurs
Maison de la rue des Tanneurs avec ses carreaux de faïence en façade

Impossible de manquer ces inscriptions rouges datées et séparées d’un trait noir aux angles de certaines maisons des quais de Loire ! Au total, quarante-neuf dans tout Orléans – cent quarante-trois dans l’agglomération ! – dont quatorze font l’objet de ce parcours de crues intra-muros. Témoins historiques des niveaux atteints par les grandes crues de la Loire de 1846, 1856 et 1866, ces repères jalonnent l’itinéraire sur quatre kilomètres, une heure de balade à pied, de part et d’autre du fleuve. Des jalons pouvant aller jusqu’à près de sept mètres au-dessus du niveau 0. « Nous avons élaboré ce parcours à l’occasion de la commémoration de la crue de 1866, explique Sylvie Asselin chargée de communication à l’Établissement public Loire. L’idée étant de mettre en valeur non seulement l’architecture et le patrimoine historique ligériens mais aussi toute l’activité économique de la ville liée au fleuve au XIXe siècle. »

Itinéraire

Ainsi, se succèdent le canal d’Orléans, accessible par le chemin de halage, et le quai du Roi, le château de la Motte-Sanguin (ancienne école d’artillerie) à deux pas du pont Thinat Et de l’écluse de la capitainerie, mais aussi quelques maisons à l’architecture remarquable : la maison de la rue des Tanneurs avec ses carreaux de faïence en façade, celle à pans de bois et treillage du 16, rue de la Poterne ou encore la maison de négoce au 20, quai du Châtelet. L’occasion de profiter d’une superbe vue sur la Loire, à l’ombre des platanes et de son ancien port, en longeant la belle enfilade de maisons de mariniers aux façades harmonieuses. Du pont Georges-V, où figure « le repère le plus complet avec toutes les hauteurs historiques » (une échelle des crues, l’autre de la hauteur d’eau par rapport au niveau 0), on franchit la Loire jusqu’aux Tourelles, lieu jadis de l’octroi des marchandises. En poursuivant en amont sur le quai des Augustins, le parcours s’achève place Saint-Charles, au quatorzième repère.

Entre histoire et conscience du risque inondation Imaginé comme un parcours de mémoire, ce circuit sensibilise également le public en lui faisant prendre conscience que le risque inondation est encore une menace bien réelle. Il impacterait d’ailleurs 2 500 habitants sur Orléans et quelque 60 000 dans l’ensemble du val. Accessible sur internet en plan de poche imprimable, ce parcours est une invitation à pousser plus loin, en remontant ou descendant la Loire : « Une idée qui serait à reprendre à l’échelle du Département pour en faire un très grand parcours », suggère Sylvie Asselin.