Accès direct au contenu


Vous êtes ici : Accueil > Territoire > Commission locale d'information (Cli) > En cas d'accident

Les comprimés d'iode


Le blocage de la captation d'iode radioactif par la glande thyroïde est aisément obtenu par l'ingestion d'une importante quantité d'iode stable, par exemple un comprimé d'iodure de potassium.
(Photo DAPSA)


Pourquoi des comprimés d'iode ?

Il s'agit d'un moyen efficace de protection contre une contamination radioactive de la glande thyroïde. En cas d'accident grave, certaines installations nucléaires, notamment les centrales nucléaires, sont susceptibles de rejeter dans l'atmosphère de l'iode radioactif. Ce radioélément, inhalé ou ingéré par la population exposée au rejet accidentel, contribuera le plus à l'irradiation de cette population. Il peut alors lui faire courir un risque accru de cancer de la thyroïde.

Pour éviter que la thyroïde ne fixe l'iode radioactif, une prise d'iode stable (iode naturel, non radioactif), en saturant cette glande, constitue un moyen de prévention efficace pour protéger la santé des populations exposées. C'est pourquoi des comprimés contenant de l'iode stable sont distribués préventivement aux populations vivant à proximité des installations nucléaires. En cas d'alerte de rejet radioactif accidentel, la prise de ce comprimé serait ordonnée par le Préfet, conseillé par l'Autorité de sûreté nucléaire.
 


Quel est le rôle de l'iode dans l'organisme ?

L'iode stable est un oligo-élément naturel absolument nécessaire à notre santé. Il entre, en effet, dans la composition d'hormones fabriquées par une glande située sur le devant du cou, la glande thyroïde. L'iode ingéré ou inhalé se concentre majoritairement dans la thyroïde, très avide d'iode parce que cet élément est nécessaire à la production continue des hormones thyroïdiennes

L'iode radioactif peut être fixé par la thyroïde tout comme l'iode stable, naturel. L'apport alimentaire quotidien en iode stable n'étant pas en mesure de saturer la thyroïde, une absorption d'iode radioactif, inhalé, par exemple, lors d'un accident nucléaire, risque, dès lors, d'exposer particulièrement cette glande.


Se prémunir contre les risques d'irradiation de la thyroïde

Il existe un moyen très simple de prévenir le risque d'irradiation thyroïdienne : le blocage de la captation d'iode radioactif par la glande thyroïde. Ce blocage est aisément obtenu par l'ingestion d'une importante quantité d'iode stable (sous la forme, notamment, d'un comprimé d'iodure de potassium) préalable à l'exposition à une atmosphère ou à une alimentation contaminée par de l'iode radioactif.
  1. L'iode stable est ingéré sur consigne du Préfet.
  2. La thyroïde est saturée par l'iode stable ingéré.
  3. Passage des rejets accidentels exposant éventuellement à l'iode radioactif.
  4. La thyroïde, saturée en iode stable, ne peut pas fixer l'iode radioactif.
A l'image d'une éponge imbibée d'eau refusant de s'en imprégner davantage, la glande thyroïde, préalablement saturée d'iode stable, n'est plus capable de fixer l'iode radioactif. Ainsi l'iode radioactif, qui aurait pu être inhalé ou éventuellement ingéré, ne pourra pas être capté par la thyroïde et y séjourner. Il pourra dès lors être rapidement et naturellement éliminé par les urines.


Comment se procurer les comprimés d'iode ?

Depuis 1997, pour les habitants des communes situées dans un rayon de 10 km autour des centrales nucléaires, des instructions ministérielles organisent des campagnes préventives de distribution gratuite de boîtes de comprimés d'iode stable. La dernière campagne de distribution de comprimés d’iode a démarré début 2016. Chaque foyer, entreprise ou établissement recevant du public situé dans un rayon de 10 km autour d’une centrale nucléaire reçoit un courrier nominatif comportant un bon de retrait à présenter à un pharmacien participant à l’opération afin de retirer ses comprimés d’iode.

► Plus d’informations, campagne 2016


Quand et comment prendre les comprimés d'iode ?

Les comprimés d'iodure de potassium stable ne constituent ni une sorte de vaccin radio protecteur ni un traitement permanent. Ils doivent être absorbés au bon moment, lorsqu'un accident nucléaire a été déclaré et menace de provoquer un rejet d'iode radioactif. C'est le Préfet du département, responsable de la protection des populations autour du site nucléaire concerné, qui donne la consigne de prise d'iode. Cette consigne est relayée par tous les moyens d'information disponibles.

Le comprimé d'iode avalé avec un verre d'eau ou dissous dans une boisson, suffit à protéger efficacement, durant un à deux jours, un adulte ou un adolescent. La Posologie :
  • Pour un enfant de 0 à 1 mois = 1/4 de comprimé
  • Pour un enfant de 1 mois à 3 ans = 1/2 comprimé
  • Pour un enfant de 3 à 12 ans = 1 comprimé
  • Pour un adulte de 12 ans et plus = 2 comprimés
Attention : si vous souffrez d’une maladie thyroïdienne ou si vous avez des antécédents de pathologies thyroïdiennes, demandez conseil à votre médecin.


Rédigé par Gwenaël Cuny

mise à jour le 16 août 2016



Plan du site

Département du Loiret
45945 Orléans
Tél : 02 38 25 45 45
Téléphone accessible aux personnes sourdes et malentendantes