Accès direct au contenu


Vous êtes ici : Accueil

Les élus du Département élaborent le budget 2012

Les 41 conseillers généraux élaborent le budget 2012 en session jusqu'au 2 décembre.

Les 41 conseillers généraux élaborent le budget 2012 en session jusqu'au 2 décembre.

(Photo D. Chauveau)

29/11/2011
L'assemblée départementale est réunie en session du 29 novembre au 2 décembre sous la présidence d’Éric Doligé. Un rendez-vous essentiel pour le Département qui présente un budget rigoureux mais sain. Tour d'horizon des moments clés de la session.
Un budget qui préserve les grands équilibres. "Nous entrons dans un nouveau cycle. Il y a l’avant crise et il y aura l’après crise." C'est par ces mots que le Président Doligé a ouvert la session du Conseil général du Loiret. Une session budgétaire au cours de laquelle les 41 élus du Département voteront le budget primitif 2012. Ce dossier s'inscrit dans un contexte économique délicat comme l'a rappelé Éric Doligé. "Dans cet environnement où les recettes de l’Etat ont baissé de 20 % l’année dernière, où nous avons connu des changements fiscaux majeurs, où la péréquation a été mise en place, nous devons bâtir dans nos collectivités et au Conseil général un budget équilibré qui préserve nos grandes orientations politiques et préserve l’avenir, celui de nos enfants et au delà."

Lors de son dicours d'ouverture, il a présenté aux conseillers généraux "un budget rigoureux qui fait preuve de stabilité dans une période tourmentée pour les finances publiques et la zone euro. C’est un budget stable mais qui évolue fortement dans ses grands équilibres puisque le social, dépense obligatoire, continue de croître fortement et contraint à réduire certaines politiques."

Objectif : économiser 38 M€. Le Budget 2012 s'inscrit donc dans un contextre de crise qui implique des économies. "Ainsi les élus devront faire une recherche d’économie portant sur 38 M€ de dépenses de fonctionnement sur les 484 M€ de notre budget de fonctionnement. En rappelant que nous nous sommes accordés sur un niveau d’investissement durable sur 3 à 5 ans qui puisse être suffisamment autofinancé, afin de ne pas alourdir la charge de la dette. Dans l’optique, bien entendu, de préserver notre capacité de désendettement en deçà de six ans."

Les dépenses de fonctionnement devront donc diminuer afin d'assurer les économies nécessaires à l'équlibre budgétaire. Le président du Conseil général a rappelé le montant de l'investissement qui s'élève à 303 € par habitant, ce qui constitue "un signe distinctif majeur" par rapport aux autres départements. Aujourd'hui, le projet d’investissement atteint 137,7 M€. "Le niveau d’investissement tenable est de 100 M€", a précisé Éric Doligé.

Maîtriser les dépenses de fonctionnement. Dans ce contexte de crise, le Président Doligé a proposé un budget s’articulant autour de deux grands principes : une maîtrise ciblée de nos dépenses de fonctionnement et des dépenses d’investissement plus limitées, permettant néanmoins de soutenir l’activité économique à hauteur de 111 M€ pour un objectif de 100 M€ réalisé. "Depuis des semaines nous travaillons pour que l’une et l’autre de ces dépenses d’investissement et de fonctionnement nous assurent une reconstitution de notre épargne brute à l’euro près, couvrant l’amortissement net prévisionnel à hauteur de 33,7 M€. L’autofinancement net est légèrement positif mais pas encore suffisant", a-t-il poursuivi.

Le projet de budget 2012 s’équilibre à 653 783 409 €, avec une section d’investissement qui s’élève à 168 923 342 € et une section de fonctionnement à 484 860 067 €. Afin de répartir plus justement la charge des contraintes sur l’ensemble des politiques départementales, chaque secteur devra participer à la recherche d’économies. "Ainsi, des propositions de réductions portent sur les subventions de fonctionnement aux tiers : en direction des collèges publics en nous basant sur leurs fonds de réserves et sur les dotations unitaires à la pédagogie ; envers les associations les plus importantes et les établissements médico-sociaux. Une étude est en cours, afin d’évaluer leurs réserves. Elle nous permettra d’alimenter les propositions d’affectation unitaire par organisme pendant la session."

Soutenir l'activité économique. Dans le domaine social, le Président Doligé ne veut pas que ces économies "pèsent sur les personnes les plus vulnérables auxquelles nous venons en aide." Il demande aux élus de "recentrer nos actions à partir de nos compétences obligatoires." Les politiques sociales du Département représentent 58 % de ses dépenses de fonctionnement. Les 41 conseillers généraux vont donc étudier la diminution de la participation financière du Conseil général sur toute ou partie de ses interventions extralégales.

Malgré ce contexte délicat, le Département poursuit ses efforts afin de soutenir l'activité économique : le Très Haut débit, le projet de Ligne à grande vitesse Paris-Orléans-Clermont-Lyon (Pocl) ou encore les aménagements routiers demeurent des projets essentiels pour l'avenir du département du Loiret.

B. Sanson

Cuisine centrale : un enjeu financier, environnemental, social et de qualité de service

Le projet de cuisine centrale est un dossier essentiel que mène le Conseil général depuis plusieurs mois comme l'a rappellé le Président Doligé. "C’est un dossier qui doit retenir notre attention. Il est source d’économie et je m’emploie à le démontrer, quand on voit les difficultés auxquelles nous sommes confrontés pour assurer au quotidien le service de restauration dans quelques établissements scolaires bien identifiés." Éric Doligé a mis en avant les avantages d'une telle réalisation. "Ce projet s’inscrit dans une démarche environnementale, de qualité nutritionnelle et de gestion du risque sanitaire, grâce à une meilleure traçabilité des produits. La mise en place des 20 % de bio sera plus aisée."
Enfin, le Président Doligé a tenu a rassurer les agents employés dans les cuisines des collèges du Loiret. "Je leur dis qu’ils n’ont aucune inquiétude à avoir, si ce projet devait se réaliser. Ils auraient la liberté de choix d’intégrer cette structure ou rester dans notre collectivité."



Rédigé par Barthélemy Sanson

mise à jour le 29 novembre 2011



Plan du site

Département du Loiret
45945 Orléans
Tél : 02 38 25 45 45