Accès direct au contenu


Vous êtes ici : Accueil > Actualités et loisirs > Loiret mag

Les pigeonniers du Loiret

La tour-pigeonnier carrée de Saint-Martin-d’Abbat.

La tour-pigeonnier carrée de Saint-Martin-d’Abbat.

(Photo G. Pouillot)

19/04/2012
Malgré leur taille imposante, nombre de pigeonniers se cachent… Et il est surprenant d’apprendre que le département du Loiret en compte au moins 255 !
L'apanage des nobles. Avant la Révolution, les colombiers ou pigeonniers étaient l’apanage de certains nobles, dont les charmants volatiles pouvaient, sans vergogne, aller déguster les semences que les paysans s’évertuaient à faire pousser alentour. L’élevage des pigeons était, pour eux, d’un très bon rapport : la viande en était appréciée et la fiente (colombine) constituait un excellent engrais.

Le droit exclusif des colombiers a donc été, durant des siècles, l’objet de violents conflits entre seigneurs et serfs. Il n’est pas étonnant qu’il fût le premier des privilèges abolis le 4 août 1789. Bien après la Révolution et alors qu’ils se sont démocratisés, ces édifices ne sont toujours pas les bienvenus. Ainsi, en 1942, les habitants de Saint-Aignan-des-Gués se plaignent encore des pigeons qui viennent de Saint-Benoît-sur-Loire, où subsistent deux pigeonniers.

Une réelle richesse architecturale. Aujourd’hui que l’élevage du pigeon domestique n’est plus d’actualité, ces constructions représentent une réelle richesse architecturale. La grande majorité est constituée de tours rondes, mais d’autres sont carrés, rectangulaires, octogonaux, hexagonaux, voire triangulaires ! Tous ne sont pas des "colombiers à pieds" et l’on peut trouver également une vingtaine de pigeonniers-porches. Les plus importants de ces pigeonniers (à Ouzouer-sur-Loire et Autruy-sur-Juine) pouvaient recevoir 2500 voire 3300 pigeons. Leurs dates de construction s’échelonnent du XIIIe siècle (Saint-Péravy-la-Colombe, Griselles) jusqu’au milieu du XIXe (Saint-Martin-sur-Ocre, Vieilles-Maisons, Dry, Jouy-le-Potier, Ménestreau-en-Villette, Saint-Gondon).

A Boigny, la tour-pigeonnier du XVIIe siècle, attenante au Château de la commanderie, est un bel exemple de restauration. Réalisée en 1999, celle-ci a donné naissance à une association locale et à un remarquable inventaire départemental, mené par Gérard Sauger et publié en 2009.*

C.Chenault

* "Pigeonniers du Loiret", Gérard Sauger, A.S.P.H, Mairie de Boigny-sur-Bionne.




Rédigé par Alexandre Varagic

mise à jour le 1 mars 2012



Plan du site

Département du Loiret
45945 Orléans
Tél : 02 38 25 45 45