Consulter la version mobile Rester sur cette version

Accès direct au contenu


Vous êtes ici : Accueil > Actualités et loisirs > L'actualité du Loiret

Mineurs non accompagnés : se concerter pour mieux agir

Alexandrine Leclerc, Marc Gaudet et Jacky Guérineau ont animé cette journée qui a réuni près de cent acteurs du domaine des mineurs non accompagnés.

Alexandrine Leclerc, Marc Gaudet et Jacky Guérineau ont animé cette journée qui a réuni près de cent acteurs du domaine des mineurs non accompagnés.

(Photo D. Chauveau)

08/11/2017
Le 8 novembre, tous les acteurs de l’aide sociale à l’enfance se sont réunis à l’Hôtel du Département à Orléans, pour une journée de réflexion sur les projets qui favoriseront la prise charge et l’accès aux droits des jeunes MNA.
Les mineurs non accompagnés (MNA) est un sujet sensible car dépendant très souvent des conflits internationaux. Un sujet que le Département, en charge de l’aide sociale à l’enfance, a décidé de partager avec tous ses acteurs : associatifs, institutionnels, juristes…
Durant une journée, ils ont échangé et débattu sur l’accès aux soins, à la scolarité et la formation ; à la citoyenneté ; la culture et les loisirs ; l’accès au soutien matériel psychologique et social. « Le phénomène migratoire était conjoncturel de par les conflits dans le monde, l’environnement, le climat mais il devient structurel. Il faut nous organiser », insiste Alexandrine Leclerc, vice-présidente du Département en charge de l’Enfance.

Près de trois cents mineurs dans le Loiret
Les chiffres sont éloquents : 84 mineurs reçus en 2014 et près de 300 aujourd’hui. Parmi ces jeunes, Aïcha, 18 ans et Yzet, 20 ans. Elle est originaire de Guinée, lui d’Albanie. Ils ont débarqué en 2014. Pris en charge, écoutés, orientés, ils ont trouvé un toit et une orientation scolaire. Elle passe son bac pro administration et lui a un CAP tailleur de pierre. « Quand je suis arrivé, je ne savais pas parler français, je me suis débrouillé pour trouver une école et une formation. Maintenant, je voudrais pouvoir travailler et avoir un titre de séjour. », raconte le jeune homme. De son côté, Aïcha se heurte aux contraintes de sa majorité récente. « Je suis confrontée au monde des adultes : je vais à l’école, je gère mon temps, mes devoirs et je dois faire mes démarches administratives pour avoir un titre de séjour et rester étudier en France. »

Des mesures à prendre
Malheureusement, cette réussite cache d'autres difficultés rencontrées par les services sociaux. « Hier matin, nous avons accueilli douze jeunes. Ils avaient dormi dehors, n’avaient rien mangé. Nous leur avons donné un café et un repas puis nous avons évalué leur situation. Lorsqu'ils sont considérés comme majeurs, nous ne pouvons pas les prendre en charge et ils doivent repartir. C’est une décision très difficile », avoue Nicolas Bickel, référent social de l’unité vie de l’enfant et des familles au sein du Département.
Cette journée a permis de confronter les expériences et de poser un diagnostic sur cette problématique. « Il y a déjà des mesures qui peuvent être prises : réaliser un support vidéo en langue étrangère pour aider la compréhension des arrivants, réunir les équipes pluridisciplinaires  et penser en terme de parcours du jeune et non en terme de compétences des institutions et développer les partenariats », détaille Alexandrine Leclerc. Les acteurs de ce premier rendez-vous devraient se rencontrer à nouveau en septembre 2018 afin de faire un point d’étape sur la gestion et les avancées en faveur des Mineurs non accompagnés.
B. Sanson
 
 

Qu’est-ce que les MNA ?

La gestion des mineurs non accompagnés est une des prérogatives du Conseil départemental qui assure l’accueil, l’évaluation et l’orientation des mineurs.
La collectivité se doit de répondre aux besoins globaux et spécifiques de ces jeunes. Soucieux de leur devenir, le Loiret a donc souhaité engager une réflexion collective avec les partenaires afin de construire un plan d’action opérationnel qui répond aux différents enjeux de leur prise charge : éducation, formation, accompagnement, accès aux droits et à la citoyenneté, participation à la vie sociale, etc.
Au 31 octobre, 298 MNA sont pris en charge dans le Loiret, dont 22 filles et 276 garçons. Les années précédentes, le Loiret avait accueilli 192 MNA en 2016, 100 en 2015 et 84 en 2014. La grande majorité de ces jeunes viennent de Côte d’Ivoire (64 MNA), Guinée (91 MNA) et Mali (48 MNA). Les autres MNA viennent d’Afghanistan, d’Albanie, d’Angola, du Congo, du Pakistan, etc.
La majorité (116) des MNA a entre 16 et 17 ans. 29 MNA ont moins de 15 ans, 55 MNA ont entre 15 et 16 ans et 98 MNA ont entre 17 et 18 ans. Sur les 298 MNA pris en charge cette année, 199 MNA sont scolarisés et 99 sont non-scolarisés, dont 2 en attente d’apprentissage.
Depuis le début de l’année 2017, 642 MNA (13 filles et 629 garçons) sont arrivés sur le territoire loirétain. 242 d’entre eux ont été déclarés mineurs et pris en charge ou réorientés.



Rédigé par Barthélemy Sanson

mise à jour le 9 novembre 2017



Plan du site

Département du Loiret
45945 Orléans
Tél : 02 38 25 45 45
Téléphone accessible aux personnes sourdes et malentendantes