Accès direct au contenu


Vous êtes ici : Accueil > Actualités et loisirs > Loiret mag

Pierre Séguier, comte de Gien

Au 17e siècle, quarante ans durant, Pierre III Séguier est au centre de la vie politique française.

Au 17e siècle, quarante ans durant, Pierre III Séguier est au centre de la vie politique française.

(Illustration BNF)

17/05/2012
Au 17e siècle, quarante ans durant, Pierre III Séguier est au centre de la vie politique française. Sous Louis XIII et Louis XIV.
Un pilier de la vie politique française. Il est issu d’une famille de "bourgeois" de Paris à l’ascension exemplaire, passée du négoce aux offices de finance et de judicature, s’intégrant à la noblesse de robe et aussi à la hiérarchie féodale, par l’achat de seigneuries. C’est son ancêtre, Pierre 1er Séguier (1504-1580), qui acquiert en 1567, de la famille de Nevers, la baronnie de Saint-Brisson…

Pierre III Séguier, naît en 1588. Grâce à un oncle Antoine, il devient rapidement avocat au Parlement, en 1610, conseiller, en 1612, maître des requêtes, en 1618, intendant aux armées en Guyenne, en 1621, puis conseiller d’Etat. A la mort de son oncle, en 1624, il est président du Parlement, puis devient garde des Sceaux en 1633 et chancelier en 1635. Occupant, dans l’Etat, la seconde place après Richelieu, Pierre III enquête habilement, en 1637, sur Anne d’Autriche, réprime sans merci, en 1639, la révolte des "Nu-Pieds" normands contre la gabelle, préside, en 1642, le tribunal qui condamne à mort le "conspirateur" Cinq- Mars.

Pouvoir et culture. En 1643 il devient tout dévoué à la régente Anne et à Mazarin, en faisant casser le testament de Louis XIII. Alors que la baronnie de Saint-Brisson passe à des cousins, il achète le comté de Gien au duc de Chevreuse en 1646, comté qui restera dans sa descendance jusqu’en 1736. Vient la Fronde : il doit abandonner les Sceaux en 1651, mais les retrouve en 1656 pour les garder jusqu’à sa mort, en 1672. De 1661 à 1664, il préside la Chambre qui condamne Fouquet et, de 1666 à 1670, il participe à la rédaction du rigoureux code judiciaire Louis.

Grand "commis" de la monarchie, homme de pouvoir "punisseur", Pierre Séguier est aussi un brillant lettré, philologue, paléographe, amateur d’antiquités. Avec richelieu, il fonde l’Académie française et en devient membre en 1635, puis protecteur, en 1642 ; il est aussi un des fondateurs de l’Académie des inscriptions et médailles, en 1663, et de l’Académie de peinture, en 1664.

J-M.Flonneau
 




Rédigé par Alexandre Varagic

mise à jour le 10 mai 2012



Plan du site

Département du Loiret
45945 Orléans
Tél : 02 38 25 45 45