Accès direct au contenu


Vous êtes ici : Accueil > Institution > Assemblée > Opinions

Opinions- Groupe de la majorité départementale

Quel avenir pour le Département et que dire de la réforme territoriale

Marc Andrieu, vice-président du Conseil général

publié le 17 septembre 2014

La crise traversée par notre pays impacte directement les collectivités locales par une réduction drastique de leurs moyens financiers. À cela s'ajoute la réforme territoriale qui fait peser une grande incertitude sur l'avenir institutionnel de notre collectivité.
Alors que plusieurs de nos voisins, dont l'Espagne et l'Italie, enregistrent un retour vers une croissance dynamique, pour la France ce n'est pas le cas.
Ce ne sont pas les incantations de notre président de la République ou du ministre du Budget et de l'Économie adepte de la méthode Coué, qui sont susceptibles de dynamiser notre économie.
La poursuite d'un transfert insidieux des charges de l'État vers les collectivités paralyse leurs efforts. Grâce à sa bonne gestion, le Conseil général du Loiret a pu maintenir, au-delà de ses compétences obligatoires (la solidarité, les infrastructures et les collèges), les subventions aux communes et aux intercommunalités, l'aide à la voirie communale, les transports scolaires, le fonds départemental d'aide aux communes, ainsi que le soutien aux communes à faible population.
Dans les territoires, le Conseil général s'est substitué aux manquements de l'État, avec le retrait de l'aide qu'apportaient jusqu'ici les services de l'Équipement (DDE) aux communes. Une société publique locale Ingenov 45 a été créée, qui met à disposition des communes l'aide technique des services départementaux, suppléant ainsi la défaillance de l'État.
Le Loiret continue à subir au plan local les effets de la crise. Pour la contrer, nous avons demandé que soit mis en place un plan de relance commun avec l'Eure-et-Loir et le Loir-et-Cher dans des secteurs aussi sinistrés que le bâtiment et les travaux publics.
Plus que jamais, notre Département témoigne, en ces heures difficiles, de sa présence indispensable.
Qu'en sera-t-il demain, lorsqu'à partir du 1er janvier 2016, les routes, les collèges, les transports seront petit à petit transférés à la Région ?
Mais à l'heure où j'écris ces quelques lignes, de quelle Région parlons- nous ? Quelle sera la nôtre et son périmètre ?
Aurons-nous trouvé un partenaire pour nous marier ou resterons-nous célibataires ? En un mot, qui voudra bien de nous ? Sommes-nous si transparents pour que personne ne veuille de nous ?
Le découpage des régions, qui a été acté, est un véritable camouflet pour nos conseillers régionaux. Pour l'instant, il confirme que la Région Centre reste seule, par manque de prétendants capables de s'intéresser à l'action qu'elle a développée depuis plus de dix ans.
Elle paie sans doute là une partie de la politique qu’elle a menée depuis ces années, où elle a trop souvent ignoré les départements, en faisant
cavalier seul ou en instaurant un dialogue minimum avec eux.
Cette réforme sonne donc comme un désaveu pour la Région Centre, qui n’a pas trouvé chaussure à son pied.

Rédigé par Loiret'Mag Page Tribunes

mise à jour le 13 janvier 2015



Plan du site

Département du Loiret
45945 Orléans
Tél : 02 38 25 45 45
Téléphone accessible aux personnes sourdes et malentendantes