Consulter la version mobile Rester sur cette version

Accès direct au contenu


Vous êtes ici : Accueil > Institution

Redécoupage cantonal : à revoir dans l'intérêt des populations !

Conseillers généraux, maires et représentants de l'État étaient présents pour une session extraordianaire à Chamerolles consacrée au redécoupage cantonal.

Conseillers généraux, maires et représentants de l'État étaient présents pour une session extraordianaire à Chamerolles consacrée au redécoupage cantonal.

(Photo D. Chauveau)

21/01/2014
La session extraordinaire sur le redécoupage cantonal a donné lieu, aujourd'hui, à un bel exercice de démocratie locale entre conseillers généraux, maires et représentants de l'État. Le Département y a présenté un projet alternatif. Chiche ?
"Nous sommes ouverts pour discuter avec les pouvoirs publics et même prêts à revoir notre copie, en concertation avec nos collègues de l'opposition. Je ne peux pas être plus clair." Difficile en effet d'être plus transparent que le Président Doligé qui intervenait ce mardi 21 janvier à 15 h, après un exposé du Préfet Bisch, lors de cette session extraordinaire du Loiret, délocalisée pour l'occasion à Chilleurs-aux-Bois, dans la Grande halle du château de Chamerolles.

Vers un repli des services de l'État ? Alors que le représentant de l'État rappelait les deux grands principes de la loi qui régira les prochaines élections départementales, égalité de représentation (démographie) et respect de la logique des territoires (voir encadré), le Président revenait sur les conséquences du redécoupage cantonal.

"On va réduire par deux le nombre de cantons, supprimer 21 chefs lieux, donner la primauté aux cantons urbains dans un département pourtant largement rural, scinder trois intercommunalités et une agglo… Alors, la vraie question est la suivante : cette organisation des territoires préfigure-t-elle un repli des services de l'État ? Les gendarmeries, les perceptions, les postes et les collèges vont-ils déserter villages et petites communes ? Sacrifie-t-on la ruralité ?"

Charcutage ? C'est ce que semble en tout cas penser la majorité des Départements français. À ce jour, plus de 60 (sur 101) se sont prononcés sur ce projet de redécoupage cantonal, qualifié couramment de "charcutage. Emmanuel Rat (Châtillon-sur-Loire) résumait le sentiment général. "Il est regrettable qu'à aucun moment les pouvoirs publics n'aient songé à consulter les maires du Loiret ici présents."

Dans un souci d'apaiser les esprits, Éric Doligé accédait séance tenante à la requête d'Anne Besnier (Châteauneuf-sur-Loire) et présentait, avant le débat, la proposition du Conseil général censée clôturer la session. Le nouveau projet a le mérite de respecter l'intégrité des trois intercommunalités mises à mal par la version gouvernementale : communautés de communes Giennoises, du Val d'Ardoux et de la Fôret. Elle préserve l'agglomération d'Orléans et permet de rétablir la primauté des cantons ruraux (11 au lieu de 9 à l'origine). Enfin, elle offre aux élus de l'est loirétain (de Ferrières-en-Gâtinais à Châtillon-sur-Loire) la possibilité de négocier un projet définitif.

Ensemble. Après quatre heures trente de débat ouvert et passionnant, l'Assemblée départementale a rejeté, à la majorité absolue, le projet gouvernemental avec 30 voix contre.  Parmi elles, les voix des élus de la majorité départementale ainsi que celle du groupe communiste et républicain.

C'est maintenant au Conseil d'État de valider les décrets. Avant le 1er mars impérativement. Des milliers de recours pourraient ensuite être déposés. La course contre la montre est engagée.

M. Poncet

Les critères initiaux du projet de loi

  1. Loi sur la parité : création d'un binôme homme-femme sur chaque canton
  2. Des populations équilibrées : écarts autorisés de +20% à –20 % par rapport à la population moyenne départementale
  3. Respect de la représentativité des territoires urbains et ruraux
  4. Respect du périmètre des communautés de communes
  5. Respect du périmètre des agglomérations



Rédigé par Gwenaël Cuny

mise à jour le 14 janvier 2015



Plan du site

Département du Loiret
45945 Orléans
Tél : 02 38 25 45 45
Téléphone accessible aux personnes sourdes et malentendantes