Consulter la version mobile Rester sur cette version

Accès direct au contenu


Vous êtes ici : Accueil > Actualités et loisirs > L'actualité du Loiret

Rémi Javoy, la culture du miscanthus depuis dix ans

Une fois broyées, les cannes du miscanthus peuvent servir, entres autres, pour le paillage ou le chauffage par biomasse.

Une fois broyées, les cannes du miscanthus peuvent servir, entres autres, pour le paillage ou le chauffage par biomasse.

(Photo C. Anton)

01/11/2017
Plante méconnue du grand public, le miscanthus a des vertus environnementales très intéressantes. Elles n’ont pas échappées à Rémi Javoy, agriculteur à Mézières-lez-Cléry.
Ni engrais, ni traitement
De grandes herbes vertes touffues à la hauteur vertigineuse, entre trois et quatre mètres, dans lesquelles le vent fredonne doucement. Coiffées d’un plumeau, aux couleurs roses et argentées, qui se détache sur l’azur du ciel… Vous êtes devant un champ de miscanthus, également appelé « herbe à éléphant », une plante herbacée vivace de la famille des graminées. Elle est originaire d’Afrique et d’Asie du sud et depuis quelques années, elle a séduit certains agriculteurs et autres arboriculteurs du Loiret. En effet le miscanthus est robuste, n’est pas sujet aux maladies et les rongeurs n’en sont pas friands.

Rémi Javoy, arboriculteur à Mézières-les-Cléry, ne s’y est pas trompé il y a dix ans quand il a décidé de se lancer dans cette culture. Il explique : "À l’époque avec le Grenelle de l’environnement, c’était d’actualité, il était conseillé de cultiver des plantes pour les chaudières biomasse. J’ai donc essayé le miscanthus en l’implantant dans une zone de jachère. J’en ai planté durant plusieurs années, elle se récolte au bout de trois ans. Aujourd’hui j’en cultive sur dix hectares. Je ne connaissais pas le comportement de cette plante. J’en avais essayé sur un terrain sableux de Loire. Mais finalement le miscanthus s’adapte à tous les sols.  C’est une plante à rhizome, elle est idéale car elle ne demande ni engrais, ni traitement."

Pouvoir absorbant et biomasse
Les cannes se développent pendant l’été et ce n’est qu’à l’automne que les fleurs éclatent en épis soyeux. À la fin de l’hiver, c’est le bon moment pour récolter le miscanthus dont l’utilisation est variée. Il peut ainsi servir de combustible pour les chaudières biomasse par exemple. Son pouvoir calorifique serait d’ailleurs plus élevé que celui de la plaquette de bois et peu émetteur de CO². Autre usage possible : le paillage. En effet, une fois broyées : les cannes sont très efficaces pour retenir l’humidité avec leurs fibres spongieuses au fort pouvoir absorbant. De plus en se décomposant, elles enrichiront aussi la terre de leurs nutriments. Elles évitent aussi que les mauvaises herbes poussent. De plus, ce pouvoir absorbant en fait une bonne matière pour la litière des animaux de ferme ou domestiques.

En plus de sa valeur ornementale, le miscanthus est également intéressant en permaculture pour des haies touffues qui grandiront rapidement et dans lesquelles la faune se plaira. À l’image des insectes polyphages, précieux auxiliaires des jardins. De même l’une de ses variétés, le giganteus, pourrait devenir attractive dans l’agro-industrie afin de produire de l’éthanol (biocarburant) ; de la biomasse à méthaniser ; des fibres pour la fabrication de papier, panneaux de particule, matériaux d’emballage et pots. Le miscanthus une plante d’avenir ? Assurément une plante déjà synonyme de développement durable et d’environnement. Rémi Javoy ne s’y est pas trompé et fournit déjà les entreprises locales et les particuliers pour le paillage.

C. Anton




Rédigé par Gwenaël Cuny

mise à jour le 7 novembre 2017



Plan du site

Département du Loiret
45945 Orléans
Tél : 02 38 25 45 45
Téléphone accessible aux personnes sourdes et malentendantes