Accès direct au contenu


Vous êtes ici : Accueil > Actualités et loisirs > Loiret mag

Saint Loup, saint guérisseur

Saint Loup, grand vitrail dans le choeur de l’église de Gondreville, près de Montargis.

Saint Loup, grand vitrail dans le choeur de l’église de Gondreville, près de Montargis.

(Photo DR)

03/11/2011
Sans doute par homonymie avec "la bête", saint Loup est le saint le plus fréquemment invoqué contre la peur. Né près d’Orléans vers 573, devenu par la suite archevêque de Sens, il était très populaire dans le Loiret.
De nombreux pèlerinages. Il y a suscité, selon R. Gauthier, de nombreux pèlerinages, que ce soit dans le Gâtinais (Cepoy, Gondreville-la-Franche, etc.), en Beauce (Aschères-le-Marché, Sermaises, etc.), en forêt d’Orléans (Lorris, Le-Moulinet-sur-Solin), en Sologne (Cerdon, Neuvy-en-Sullias, etc.), en Val de Loire (Ingré, Saint-Jean-de-Braye, etc.) et en Puisaye (Cernoy-en-Berry).

Il faudrait encore ajouter à cet inventaire les églises placées sous son vocable (Amilly, Dampierre-en-Burly, Pannes, etc.) et celles qui en conservent des représentations ou des reliques (Ervauville, Olivet), les paroisses où ont existé des confréries (Courtenay, Nogent-sur-Vernisson, Saint-Benoît-sur-Loire, Vimory) ou des manifestations plus profanes (comme la Foire de Beaugency) et, bien sûr, les villages de Saint-Loup-de-Gonois et de Saint-Loup-des-Vignes. Ceci porte à une quarantaine le nombre de communes où l’on vénérait et où l’on fête encore parfois, saint Loup, le 1er septembre.

Guérisons. A Cernoy-en-Berry, comme à Saint-Loup-des-Vignes, des monceaux de melons étaient vendus à cette occasion : "Chevaux de bois, loterie, marchands de berlingots, baraques diverses, cabaret pleins de consommateurs, melons en tas d’un mètre pour tenter les chalands, une foule grouillante évoluait au milieu de tout cela." Saint Leu de Cerdon avait le pouvoir de guérir de la peur et des convulsions, mais aussi d’autres maladies : poliomyélite, croup. Il suffisait d’emmener l’enfant ou un de ses vêtements à la bénédiction.

Des "voyageurs" existaient. Ainsi, à Brinon-sur-Sauldre, quand un enfant était au plus mal, on y envoyait le père Desnous. Il y allait en courant et devait y être pour la "petite messe". Dès qu’il mettait le pied sur le territoire de Cerdon le petit malade cessait de pleurer. "Ça faisait un contact à l’enfant", nous confiait L. Villoing en 1980. De tels voyages avaient également lieu à Dampierre-en-Burly ou Ingré…

C.Chenault




Rédigé par

mise à jour le 3 novembre 2011



Plan du site

Département du Loiret
45945 Orléans
Tél : 02 38 25 45 45