Accès direct au contenu


Vous êtes ici : Accueil > Actualités et loisirs > Loiret mag

Un CD enregistré sur l'orgue de Lorris

 
04/07/2010
À l'initiative des Amis de l'Orgue de Lorris, les Éditions Hortus ont enregistré entre le 13 et 17 mai 2010 "Terres d'Espagne, musique d'orgue dans les royaumes de Philippe IV" avec l'organiste Damien Colcomb. Coup d'oeil sur les coulisses...
Palier une faible discographie.  15h30. L'orgue de Lorris résonne dans l'église communale du XIIe siècle. Au clavier de cet instrument l'un des plus anciens du genre en France, Damien Colcomb. Une heure plutôt inhabituelle pour l'organiste en ces temps d'enregistrement. "Nous enregistrons la nuit pour éviter tout bruit extérieur. Nous démarrons donc vers 21h et travaillons 6 h durant environ". Construit au début du XVIe, l'orgue de Lorris a été remis en service en 1975 après 80 ans de silence et une subtile restauration du facteur alsacien Jean Georges Koenig qui a veillé à ce que l'instrument se rapproche au maximum de ses sonorités d'origine. "L'orgue était hors d'usage depuis la fin du XIXe siècle, raconte Jean-Marie Veneau, président des Amis de l'Orgue de Lorris, victime peut-être d'un sabotage en 1895, il avait reçu de nombreux coups de couteaux dans les tuyaux".

Mais malgré cette restauration et l'intérêt porté à l'orgue, sa discographie resta modeste avec seulement trois disques enregistrés mais dont un seul lui a été entièrement consacré en 2001 par l'organiste André Isoir avec Musiques d'Europe du XIVe siècle à nos jours. Face à cette insuffisance, l'association des Amis de l'Orgue proposa donc aux Éditions Hortus, spécialisées dans les œuvres pour orgue et chœur, cet enregistrement de Terres d'Espagne, musique d'orgue dans les royaumes de Philippe IV, une musique ibérique et flamande du XVIIe siècle à laquelle l'orgue se prête particulièrement bien. "L'orgue de Lorris est très connu des amateurs mais reste très peu fréquenté et pas facile à jouer. C'est un orgue qui impose un répertoire", souligne Didier Maes, éditeur et producteur du disque. L'association voulait un disque ; nous, chez Hortus, nous voulions un disque avec Damien Colcomb...".

La difficulté de percher à 10 m.  Vouant une grande passion à l'orgue ibérique, sa musique et sa facture, Damien Colcomb s'est ainsi spécialisé dans l'interprétation des musiques du XVIe au XVIIIe s. "Sous le règne de Philippe IV, roi d'Espagne, les Flandres étaient sous domination espagnole ainsi que le Portugal. Il y a eu beaucoup d'échanges entre les musiciens qui se sont influencés les uns les autres. Cet enregistrement va montrer les différentes influences de chacune des pièces mais aussi les interactions et les métissages entre ces différents styles". Titulaire du Grand orgue historique de Pithiviers et directeur artistique du festival de Lorris en Gâtinais, Damien Colcomb est un habitué des enregistrements, un exercice qu'il sait très délicat. "L'instrument peut être capricieux : une touche qui s'enfonce moins bien qu'il n'aurait fallu, un tuyau qui ne parle pas de la même manière parce qu'il manque un peu de vent... Tout ceci justifie un nombre important de prises". Douze prises pour la première Fantaisie enregistrée par exemple. "On va dans le micro détail des pièces, ajoute Didier Maes. Peu importe le nombre de fois que vous l'écoutez, un disque doit être toujours aussi beau. On n'a pas le droit à l'erreur".

Installé à sa console de mixage numérique, tout près de l'orgue, dans la coursive de l'église aménagée en petit musée, Roger Lenoir se repasse l'enregistrement de la veille, casque sur les oreilles. Clarinettiste, directeur d'une école de musique à Joigny (Yonne) et preneur de son depuis une vingtaine d'année, il travaille pour Hortus depuis environ 15 ans. "La difficulté ici a été la captation. Il faut aller chercher le son très haut : l'orgue est à 10 mètres. Deux micros ont donc été posés sur une perche à 10 m, en plus d'un couple de micros posé dans le fond de l'église pour gagner un peu d'acoustique. Le but étant de respecter le caractère de l'instrument dans l'édifice et le répertoire enregistré". En attendant la sortie du disque prévue le 1er septembre, les amateurs auront l'exclusivité d'une présentation en avant première lors du Festival d'Orgue et de Musique Ancienne organisé par les Amis de l'orgue de Lorris, où Damien Colcomb reprendra quelques-unes des pièces du CD lors de son récital le 20 août.
 
E.Boutheloup

A noter sur vos agendas...

Festival d'Orgue et de Musique Ancienne les 14, 15, 20, 21 et 22 août.
Renseignements sur Internet : pagesperso-orange/fr/lorris.org



Rédigé par Marc Vassal

mise à jour le 22 juin 2011



Plan du site

Département du Loiret
45945 Orléans
Tél : 02 38 25 45 45