Vue panoramique du château de Gien avec la Loire

Agence Loiret Numérique : la performance et l’innovation numériques à la disposition des territoires

15 septembre 2020
Visioconférence

Véritable espace de mutualisation, l’Agence Loiret numérique (ALN) a pour ambition de valoriser, autour d’un socle commun de compétences et des services à la carte, toutes les synergies possibles dans le domaine des usages numériques entre les collectivités territoriales loirétaines. Présidée par Frédéric Néraud, vice-président du Conseil départemental, l’ANL est composée de 17 membres. « Notre mission est d’accompagner nos membres dans leurs usages du numérique et de leur proposer des services associés », précise Olivier Legros, son directeur. Ces services sont proposés aux Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) du Loiret (à l’exception de la métropole orléanaise) et au Pôle d’équilibre territorial et rural du Montargois en Gâtinais qui les relaient auprès de leurs habitants. L’ALN propose à ses membres une offre de services numériques cohérente et évolutive, à des conditions financières avantageuses. « Les outils et le savoir-faire sont mis à disposition de tous les EPCI et sont notamment particulièrement utiles à ceux qui bénéficient de moins de moyens techniques et/ou humains que le Département. »

« L’ambition de l’ALN est de mutualiser les moyens techniques et humains et de faire monter ses membres en capacité et en compétences afin qu’à terme, ils puissent également porter des projets, expose Olivier Legros. Que tous les membres soient acteurs de l’agence, et que les échanges, les idées, les initiatives ne viennent pas uniquement du Département. »

Des services concrets

Il y a deux catégories de services : ceux que le Département utilise au quotidien et qui sont mutualisés par le biais de l’agence Loiret numérique et ceux que l’ALN prototype et expérimente en vue d’une généralisation y compris au bénéfice du Département.

Système d'information géographique (SIG)

Le SIG constitue une aide à la décision, à l’exploitation ou est simplement une source d’information utile aux investigations de toute nature. « Il s’agit là de services très concrets qui concernent plus de 600 utilisateurs réguliers, explique Olivier Legros. Les services en charge de l’urbanisme ou de l’instruction des permis de construire sont parmi les principaux utilisateurs, comme ceux en charge des réseaux d’eau ou des voiries communales ou communautaires. C’est pourquoi la formation des utilisateurs et le maintien en conditions opérationnelles de l’ensemble des services SIG constitue une des priorités de l’agence (et bien sûr du Département). »

Outils collaboratifs

Systèmes d’audioconférence, de visioconférence, envoi en masse de SMS… « C’est ce que l’on a le plus mis à disposition pendant le confinement », commente le directeur de l’agence.

Communication avec les citoyens

L’ALN met à disposition de tous ses membres le dispositif Acceo qui permet aux personnes sourdes ou malentendantes de communiquer avec une institution. L’abonnement annuel dont bénéficient les communes et les EPCI est porté par l’ALN.

Veille technologique et juridique

L’ALN participe à la sensibilisation de ses membres aux usages et à l’évolution du numérique, notamment à travers un séminaire qui aura lieu cette année le 6 octobre, à Chamerolles. Trois tables rondes seront proposées : inclusion numérique ; tiers-lieu et télétravail ; wifi territorial.

Et pour faire évoluer le catalogue de services proposés, l’agence Loiret numérique a mandaté des consultants qui vont rencontrer, d’ici la fin de l’année, les membres de l’agence pour évaluer leur maturité sur les usages numériques et les questionner sur l’adéquation du catalogue à leurs besoins.

Ainsi, l’agence pense déjà à de futurs déploiements : e-éducation ; wifi territorial (trois nouveaux hotspots wifi seront déployés d’ici la fin de l’année) ; études sur la couverture mobile sur le territoire… « Les services proposés par l’ALN sont proposés aux EPCI afin que ceux-ci deviennent plus autonomes sur certaines thématiques, quels que soient leurs moyens techniques et humains. Par exemple, nous avons contribué au financement d’une campagne de photos aériennes dont la résolution est plus fine que celle de Google Maps. Ces photos peuvent être par exemple utilisées pour simuler l’implantation de nouveaux ouvrages. »

Pour en savoir plus