Vue aérienne de Puiseaux

Aide à la personne : « Maintenir l'accompagnement dans une nouvelle réalité »

06 mai 2020

La crise sanitaire a bouleversé l'ensemble des activités économiques. S'il en est une qui a dû profondément s'adapter depuis le 16 mars, c'est bien le secteur des services à domicile. Rencontre avec Benoît Colin, directeur de À Domicile 45, dont les salariés interviennent sur une grande partie du Loiret.

Augmentations des indemnités horaires des aides à domicile - aide ménagère coiffant une personne âgée
Cette photo a été prise avant le confinement

Benoît Colin l'affirme : cette crise exceptionnelle par son ampleur et sa durée demande « une adaptation de tous les instants. Dès la fermeture des établissements scolaires, le 16 mars, nous avons dû nous adapter à une situation que nous n'avions encore jamais connue, complètement incertaine. En outre, il a fallu expliquer, rassurer alors que l'actualité réglementaire évoluait régulièrement. » Malgré ce casse-tête administratif, l'agence n'a eu de cesse de maintenir le lien humain : « La continuité des échanges a été le maître-mot durant toute cette période : nous avons eu à cœur de maintenir le contact avec l'ensemble de nos équipes [140 salariés, NDLR] et de nos bénéficiaires. » Et continuer à accompagner les personnes qui en faisaient la demande : « Nous avons d'abord dû nous organiser en fonction des absences de nos salariés. Ensuite, prendre en compte les décisions de certaines familles qui désiraient suspendre nos interventions. Notre préoccupation permanente a été de maintenir l'aide auprès des personnes qui souhaitaient continuer à en bénéficier et, ce, malgré l'absence de certains de nos salariés. Nous avons ainsi pu continuer à accompagner des personnes pour l'aide à la toilette, aux repas, aux courses alimentaires, le lever et le coucher, l'accompagnement à des rendez-vous indispensables. Nous avons aussi eu de nouvelles demandes, notamment pour les courses alimentaires, de la part de personnes voulant se protéger ou qui n'étaient plus épaulées de la même manière par un tiers. Ça a été une période d'adaptation en continu. »

Le déconfinement : une nouvelle réalité à prendre en compte

Et pour continuer à prendre soin des bénéficiaires, des personnes fragiles âgées et/ou en situation de handicap, il a fallu en premier lieu protéger les employés de l'agence : « Notre préoccupation première a été la sécurité de nos salariés. Nous avons revu nos protocoles d'intervention, équipé nos employés avec des masques, des gants, des visières, selon les cas, fourni du gel hydro-alcoolique [le Conseil départemental du Loiret s'est fortement mobilisé pour assurer cet approvisionnement en équipements de protection individuelle et en gel hydro-alcoolique, NDLR]... Cela a été aussi un véritable changement de pratiques professionnelles pour les équipes administratives, placées en télétravail. Une autre manière de travailler et d'accompagner en somme... »

Une nouvelle façon d'aborder la notion de service à la personne qui ne s'arrêtera pas à l'aube du 11 mai... « La reprise du 11 mai suscite à nouveau une appréhension face à une nouvelle réalité qui va frapper en premier lieu nos salariés qui n'ont pas travaillé pendant le confinement et qu'il va falloir accompagner. À quelles contraintes allons-nous devoir faire face ? Qui va avoir besoin de nos services ? Les gens souffrent de la solitude. Ils créent des liens avec leur aide à domicile. Il y a du monde qui vient les voir une fois, deux fois, trois fois par semaine... Une présence... Ceux qui avaient stoppé les interventions attendent notre retour... D'autres par contre veulent continuer à se préserver du monde extérieur. Ce sont ces réactions différentes qu'il faut prendre en compte et qui font toute la difficulté de la gestion de notre activité. »

Mélanie Potau