Vue aérienne de champs vers Saint-Denis-de-l'Hôtel

Claire Levacher, un cor à corps avec l’orchestre d’Orléans !

10 janvier 2020

Claire Levacher, cheffe d’orchestre internationalement reconnue, dirigera l’orchestre symphonique d’Orléans lors des deux concerts Cor à corps samedi 11 et dimanche 12 janvier au théâtre. Rencontre avec une femme de cœur.

« Mon travail de cheffe d’orchestre se compose de trois parts. D’abord la préparation, partie invisible de l’iceberg, qui représente 80 % du travail. À ce moment-là, je suis seule chez moi et j’étudie la partition, sans instrument. Je dois trouver les clés pour rendre présente l’œuvre au public d’aujourd’hui et lire entre les lignes, comme un interprète. Ensuite, je rencontre l’orchestre pour les répétitions. Je leur donne le plus clairement possible mon idée musicale. Je fournis également des clés pour la cohérence de l’interprétation, je fais des propositions et l’orchestre m’en fait aussi. Il y a une interaction, qui, dans le meilleur des cas, conduit à une complicité entre nous. C’est la partie réalité : découverte du son. Enfin, le concert. C’est la phase finale, le partage avec le public. Je m’émerveille à chaque fois que les spectateurs, très connectés, acceptent d’éteindre pour plusieurs heures leur portable pour écouter une œuvre ensemble. »

Claire Levacher répète avec l’ensemble jusqu’à six semaines lorsqu’il s’agit d’un opéra et une semaine avec un orchestre symphonique. Elle est invitée dans le monde entier : Chine ; Vietnam ; Corée ; Suisse ; Liban… La cheffe aime voyager et découvrir de nouveaux pays, aux cultures différentes et au langage commun : la musique. Mais elle apprécie aussi travailler en France et s’attache à équilibrer ses déplacements entre la France et l’étranger.

À la baguette

« En tant que cheffe, l’orchestre est mon instrument. Je déclenche le son. Avant, j’utilisais une baguette. Aujourd’hui et depuis cinq ans, je dirige avec les mains. Je trouve que je suis ainsi plus libre et je m’exprime mieux. Mon rôle est celui d’un transmetteur. J’aime l’idée que le son me traverse avant d’arriver jusqu’au public. Je suis transparente par rapport à l’œuvre. »

Elle fait ses premières armes au piano à cinq ans au conservatoire. Elle accroche tout de suite et a un bon professeur. Adolescente, elle rêve déjà de devenir cheffe d’orchestre. Le directeur du conservatoire lui dit qu’elle possède un bon leadership. Elle étudie, entre autres, l’harmonie, le violoncelle et la flûte pour comprendre les instruments, tout en continuant le piano. Étudiante, elle dirige des ensembles. Puis, elle signe son premier contrat avec un orchestre italien en remportant le premier concours international. Depuis, c’est le succès. Et elle explique qu’elle connaît « aujourd’hui un bon trac : je suis stressée, très concentrée avant de débuter le concert. Puis, quand j’entre en scène c’est fini ! C’est pourquoi, je pense que la direction d’orchestre est vraiment la place où je devais être ! Mais, c’est lorsque je rencontre l’ensemble pour la première répétition que j’ai le plus le trac ».

C’est la première fois que Claire Levacher vient à Orléans et elle est ravie. Les répétitions ont débuté lundi pour les deux concerts Cor à Corps, samedi 11 à 19 h 30 et dimanche 12 janvier à 15 h, salle Touchard au théâtre d'Orléans. Ils sont déjà presque complets. Billetterie en ligne.

L’orchestre symphonique d’Orléans est habituellement dirigé par Marius Stieghorst qui connaît bien Claire Levacher qu’il a invité.

Bon concert !

Édith Combe