Vua aérienne de la basilique de Cléry-Saint-André

Des abeilles au château de Chamerolles

21 juin 2019
Mis à jour le Mardi 25 juin 2019 - 08:00

Deux ruches ont été installées dernièrement au château de Chamerolles. Cela a donné lieu à la création de deux ateliers et bientôt à la fabrication de miel qui, dès septembre, sera vendu à la boutique. Le Loiret n’en n’est pas à son coup d’essai : déjà dix-sept ruches à son actif dans des lieux départementaux.

Des ruches à Chamerolles - 3 - atelier avec 2 enfants et l'apiculteur, chacun est vêtu d'une combinaison

« Lors de l’installation des deux ruches, il y avait 30 000 abeilles. Aujourd’hui, elles sont 80 000 ! En une journée, les reines pondent plus que leur poids, se réjouit Sophie Pirou, responsable du château de Chamerolles. Nous avons proposé deux ateliers au grand public avec des panneaux pédagogiques expliquant le rôle de chacun : la reine ; les ouvrières et les faux bourdons (les mâles). De plus, l’apiculteur fournissait des combinaisons pour que les participants s’approchent des ruches, bien protégés, et observent les cadres grouillants d’abeilles. Chacun devait venir avec des chaussures fermées et montantes. En tout, quinze personnes ont découvert l’univers très organisé et hiérarchisé d’une ruche, dont cinq enfants. Tous étaient ravis par l’expérience ! À l’issue des ateliers, les stagiaires ont reçu des graines de plantes mellifères pour les planter chez eux ! »

Les retours ont été très positifs ! L’expérience sera donc renouvelée lors des Journées du patrimoine, le 21 septembre uniquement. Deux nouveaux ateliers au cours desquels les inscrits goûteront le miel. Il a été décidé de reconduire cette opération tous les ans : ne ratez pas l’inscription ! Sinon, consolez-vous en achetant, dare-dare, l’un des cent pots de miel, produits ici, dans la boutique du château.

Lune de miel

« Deux ruches ont été installées, l’an dernier, à la Médiathèque départementale et une quinzaine dans les parcs départementaux dans le cadre du budget participatif. La collectivité a fait appel à la société loirétaine Cheptel qui fait le lien entre demandeurs et apiculteurs. Ces derniers entretiennent les ruches et font le miel. Celui-ci est/sera distribué par les élus dans les Ehpad de leur canton », explique Nicolas Chevalier, chargé de mission valorisation du patrimoine naturel du service Environnement du Département.

Dans les parcs départementaux, des bénévoles, professionnels et/ou des associations proposent des animations, comme à Limère où l’école du Val a été reçue par l’association Abeille olivetaine. Les enfants se sont approchés des ruches pour découvrir leur fonctionnement. La vocation de ces actions : sensibiliser les jeunes au rôle des abeilles. Le budget participatif a permis, entre autres, ces implantations choisies par les Loirétains.

Édith Combe