Vue aérienne de Yèvres-le-Châtel

[EMPLOI] Burban palettes redonne une seconde jeunesse à la palette

13 septembre 2021

Longtemps considérée comme un déchet secondaire, la palette bois retrouve, grâce à Burban palettes, une seconde jeunesse. Pour assurer son développement, l'entreprise recrute.

Piles de palettes dans la cour du site d'Ormes de Burban palettes
Piles de palettes dans la cour du site d'Ormes de Burban palettes

Créée en 1989 à Fleury-les-Aubrais, la société Burban palettes est spécialisée dans le recyclage des palettes qu’elle récupère chez les professionnels (agriculteurs, industriels, transporteurs, professionnels de la grande distribution, de l'agroalimentaire, du e-commerce...) puis qu’elle trie en fonction de leur dimension (il existe plus de 100 modèles différents) et leur état d’usure. Celles qui sont réparables sont dirigées vers les ateliers pour être remises en état, celles qui ne le sont pas (on dit qu’elles sont mortes dans le jargon burbanesque), sont broyées et transformées en combustible biomasse.

Plus de 30 ans après sa création, Burban palettes affiche une réussite insolente : 22 agences réparties sur l’ensemble du territoire français (dont deux dans le Loiret : Ormes, le siège social, et Neuville-aux-Bois) ; 550 collaborateurs et des recrutements permanents, notamment sur quatre activités principales : trieur ; réparateur ; chauffeur et cariste.

Métier de trieur

« L’activité des trieurs est stratégique car c’est elle qui nous permet de rémunérer les industriels à qui nous achetons les palettes, explique Estelle Vasseneix, directrice des Ressources humaines. Toute entreprise a aujourd’hui l’obligation de valoriser ses déchets, qu’ils soient en bois, en plastique, en verre, en carton ou en métal. Burban palettes est dans cette logique. »

Un trieur trie jusqu'à 900 palettes par jour.

Métier de réparateur

« C’est après le tri que le réparateur entre en scène, commente Estelle Vasseneix. Le trieur a isolé les palettes qui devaient être remises en état et le réparateur leur donne une seconde vie. Pour cela, il a à sa disposition plusieurs outils : scie-sabre ; cloueur pneumatique ; marteau ; burin… C’est pour cela que Burban palettes est autant attentive au respect des consignes de sécurité sur le site et au port des EPI. Le réparateur est garant de la qualité des palettes qui seront revendues aux professionnels. »

Un réparateur peut remettre en état jusqu'à 200 palettes par jour.

Métier de chauffeur

Le chauffeur achemine par la route les palettes récupérées chez les professionnels vers le site Burban palettes concerné et, inversement, livre les clients qui ont commandé des palettes.

Métier de cariste

Le cariste est chargé de décharger les camions qui arrivent sur le site, de déplacer les stocks de palettes selon le niveau d'avancement de leur tri et de charger les camions qui partent livrer les clients.

Jusqu'à 12 000 palettes sont déchargées par jour sur le site d'Ormes !

« Nous recherchons aujourd’hui 15 trieurs en CDI, 15 réparateurs et 10 chauffeurs, liste Estelle Vasseneix. À ces postes s’ajoutent un exploitant transport, un comptable et un assistant d’exploitation. »

Burban palettes, ce sont des collaborateurs de 32 nationalités différentes dont 15 % ont moins de 26 ans et 15 % ont plus de 55 ans. « Peu importe d’où vient la personne, son sexe, son âge, si elle est porteuse de handicap ou valide… Ce que nous recherchons, ce sont des gens motivés, qui veulent s’investir et s’impliquer. La mixité de nos équipes fait notre richesse. Un nouveau collaborateur va s’inscrire dans un système de tutorat dès son arrivée, il va être accompagné pendant une semaine par un salarié expérimenté. Il faudra deux à trois mois à un trieur pour être opérationnel, six mois pour être autonome. En un à deux mois, un réparateur peut être autonome. »

Burban palettes met tout en œuvre pour que les conditions de travail de ses collaborateurs soient optimales. « Nous connaissons nos contraintes et nous essayons de trouver des solutions pour nous y adapter, poursuit la DRH. Nous travaillons sur l’ergonomie des postes de travail et tenons compte des aspirations de tous. Notre directeur général a ainsi débuté chez nous comme trieur ! L’évolution n’est donc pas un vain mot chez Burban palettes. Nous sommes très flexibles et très adaptables dans notre façon de travailler. Là où nous le sommes beaucoup moins, c’est sur la sécurité. Nous faisons la chasse aux mauvaises habitudes. La sécurisation de nos conditions de travail, des process est la garantie de la qualité de nos services. »

Pour en savoir plus