Vua aérienne de la basilique de Cléry-Saint-André

Halte aux déchets qui jonchent le bord de nos routes !

02 mars 2020

On voit un peu trop d'ordures sur le bas-côté des routes... Des bouteilles, des canettes lancées depuis la fenêtre d’un véhicule, des dépôts sauvages laissés sur les aires de stationnement... Savez-vous que le nettoyage de ces actes d’incivilités représente la somme de 480 000 € par an pour le Département du Loiret ?

Déchets jonchant le bord d'une route
Encore trop de déchets jonchent le bord de nos routes !

On est souvent consterné en voyant les déchets qui viennent souiller les bords des routes. Bouteilles, canettes, emballages de fast-food, plastique et autres matériaux qui se sont envolés d’une remorque… Mais aussi dépôts sauvages d’ordures… Jeter des détritus depuis la fenêtre de sa voiture est interdit mais déposer des ordures ménagères dans les poubelles installées le long des routes, notamment sur les aires de stationnement, l’est également ! « Elles ne doivent être utilisées que pour le dépôt des déchets de pique-nique », indique Frédéric, responsable du service gestion de la route au Département.
Le Département du Loiret, dont les agents de la direction des Infrastructures sont chargés de l’entretien des voies de circulation, a constaté une augmentation du volume de déchets ramassés. « L’augmentation du tonnage de déchets jetés ou déposés, c’est directement une augmentation du coût de nettoyage des bas-côtés… », explique Frédéric. Un coût qui se sera élevé, en 2019, à 480 000 €. « Et le problème, c’est qu’on a beau ramasser les déchets, deux ou trois jours après, il y en a de nouveau autant… », commente un agent des routes du Département du Loiret, alors que ce n’est pas là leur mission principale… « Cette tâche n’a pas grand intérêt pour les agents dont le cœur de métier consiste à entretenir les chaussées », complète Frédéric.

Appel au civisme

En 2019, ce sont 290 tonnes de déchets qui ont été ramassés sur les routes, soit plus de 78 kg par kilomètre de routes départementales ! Les agents sont d’autant plus vigilants en avril, avant le fauchage des accotements. En effet, les détritus non ramassés passent dans les machines et deviennent des micro-déchets qui peuvent mettre des années, voire des siècles, à disparaître.

Le but du Département est de sensibiliser les contrevenants et non pas de les sanctionner. « Souvent, ceux qui déposent leurs ordures ménagères dans les poubelles le long des routes ne pensent pas mal agir », explique Céline, chargée d’opérations dépendances des chaussées. Pourtant, le fait de « déposer, abandonner ou déverser, en lieu public ou privé, des ordures ou déchets lorsque ceux-ci ont été transportés avec l’aide d’un véhicule » est passible d’une « contravention de cinquième classe [1500 €, NDLR] et confiscation de la chose ayant servi à commettre l’infraction » par le Code de l’environnement et le Code pénal.

Le Département en appelle donc au civisme de ses habitants !