Vue aérienne de champs vers Saint-Denis-de-l'Hôtel

L’agent chineur des Archives départementales du Loiret

03 février 2020

Chaque année, le fonds des Archives départementales s’enrichit de pièces uniques, précieuses, quotidiennes, ordinaires… pour comprendre l’histoire des Loirétains. Comment cette collection vit-elle ?

Archives départementales - l'agent chineur des archives - 1

Quelque part

Quelque part dans le Département, un agent est à l’affut et veille. Son rôle : repérer ; acheter ; enchérir, réceptionner des documents pour le compte des Archives départementales du Loiret. Cet homme, véritable passionné, c’est Frédéric, responsable des Fonds historiques et généalogiques. Tout ce qui a trait à la vie du Loiret et des Loirétains l’intéresse : manuscrits ; livres anciens ; cartes postales ; photos… « La constitution de la documentation, c’est comme une chasse aux trésors, un graal, c’est l’alpha ! Nous savons que cela sera utile aux chercheurs, aux historiens. Nous savons également que le comité de tourisme s’en nourrit ; ainsi il peut ajouter de l’histoire aux lieux loirétains. »

Drouot au bout des doigts

La dernière enchère à laquelle l’archiviste a participé : un livre d’arpentage de la seigneurie de Villereau datant de 1738 ! « Nous étions deux acheteurs potentiels ! Les enchères se sont faites par téléphone et nous avons remporté ce registre ! Je vais bientôt le chercher à Drouot. Je suis toujours stressé à l’idée de transporter des documents uniques et si précieux ! »

Chaque année, le budget des achats des Archives départementales est fixé par délibération. « Nous recevons aussi des dons et des dépôts qui sont des actes de générosité et de partage. Ils sont utiles pour les chercheurs et pour organiser des expositions. Le but étant d’ouvrir les archives aux Loirétains. »

Archives départementales - l'agent chineur des archives - livre d'arpentage
Le livre d'arpentage que Frédéric a acheté en vente aux enchères à Drouot
Archives départementales - Herbier loirétain - couverture

Dons tombés du ciel

Les Archives départementales des Pyrénées orientales ont offert d’un herbier à leurs collègues du Loiret. C’est le premier et le seul que possède le service départemental. Un certain P. Vergez l’a constitué, dans les années 1928/29, avec des plantes prélevées à Nogent-sur-Vernisson. Il devait être ancien élève, stagiaire ou professeur de l’école ONF de l’arboretum des Barres, fondé par la famille Vilmorin, bien connue des jardiniers. On ignore tout de l’identité de ce collecteur appliqué. Frédéric mènera l’enquête pour comprendre le contexte et pourquoi cet herbier a été constitué. Il interrogera les bases de données internes et celles des Pyrénées orientales. En attendant, ce document est important : « Il est le reflet du biotope loirétain d’il y a cent ans ! »

Des dons arrivent aussi des Loirétains eux-mêmes : « Parfois nous tombons sur des perles ! Lors de la dernière journée du patrimoine, une femme a déposé la correspondance de son beau-père lors de la seconde Guerre Mondiale. Il était instituteur à Messas et écrivait à sa femme, institutrice elle aussi. Il décrit sa situation : l’enfer des camps de travailleurs, il reproche à son épouse de ne pas recevoir assez de colis et de courrier de sa part. Peut-être  ne parvenaient-ils pas jusqu’à lui ! Puis, il s’est évadé ! Et son récit devient encore plus intéressant, car très vivant. Ce document est si précieux qu’on réfléchit à comment le partager avec le public… affaire à suivre ! »

Un autre don : « Un habitant de Carnac nous a déposé des archives du 18e siècle de l’abbaye de Saint-Ay. Passionnant ! Quand on nous dépose des documents, on ne sait jamais à l’avance ce qu’on va découvrir et l’adrénaline parfois s’en mêle ! »

Nous avons rencontré un archiviste heureux !

Édith Combe

Archives départementales - Herbier loirétain -3
Archives départementales - Herbier loirétain -1