Vue panoramique du château de Gien avec la Loire

Le Belvédère de Saint-Benoît-sur-Loire, un nouvel équipement culturel et touristique dans le Loiret

14 novembre 2019
Abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire

Le Belvédère de Saint-Benoît-sur-Loire est un nouvel équipement culturel et touristique dédié à l'histoire et au patrimoine de l'abbaye de Fleury qui a été inauguré samedi 9 novembre.
Il complète trois sites patrimoniaux situés sur la Communauté de communes du Val de Sully attirant chacun plus de 50 000 visiteurs par an (l'oratoire carolingien de Germigny-des-Prés, l'abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire et le château de Sully-sur-Loire) pour une véritable promenade à travers 1400 ans d'histoire. 
Il s'agit d'un centre d'interprétation (voir par ailleurs) de l'abbaye gardienne des reliques de saint Benoît depuis le VIIe siècle, un des plus beaux monuments romans du Val de Loire (classé monument historique de France) qui a été un haut lieu spirituel et culturel.

Entre animations et expositions, un programme riche et varié

Le Belvédère s'étend sur trois étages, sur une surface de 652 m² (dont 583 m² accessibles au public). 
On y retrouve des espaces d'accueil et d'animation, une exposition permanente (retraçant notamment l'histoire et l'architecture de l'abbaye de Fleury, son rayonnement intellectuel à son apogée, saint Benoît et la règle bénédictine) et des expositions temporaires.
La première exposition temporaire est consacrée à la représentation du lion dans les sculptures et les enluminures de l’abbaye de Fleury.
Tout au long de l'année, le Belvédère proposera par ailleurs un programme d'animation riche et varié, à destination de tous les publics.

Maquette en bois de l'abbaye dans le centre d'interprétation de Saint-Benoît-sur-Loire

Qu’est-ce qu’un centre d’interprétation ?

Le concept d’interprétation a été forgé en Amérique du Nord dans les années 50. Il promeut l’idée que, pour être compris par le public le plus large, le patrimoine doit être "interprété" par un personnel qualifié et à l’aide de supports adaptés.
En France, où les centres d’interprétation se multiplient depuis les années 90, on parle aussi de "médiation du patrimoine". À la différence des musées, les centres d’interprétation ne conservent pas de collections : pour remplir leur mission de transmission, ils recourent à d’autres moyens tels que la scénographie, les dispositifs interactifs et le multimédia.

Pourquoi était-ce si important de raconter l’histoire de l’abbaye de Fleury ?

  • Parce que cette abbaye, gardienne des reliques de saint Benoît depuis le VIIe siècle, est l’un des berceaux de l’ordre des moines bénédictins, dont ce saint a écrit la règle.
  • Parce que Fleury fut, autour de l’an mil, l’un des principaux foyers intellectuels de l’Occident médiéval, comme en témoignent les manuscrits conservés à la médiathèque d’Orléans et dans plusieurs bibliothèques européennes.
  • Parce qu’en dépit des destructions ayant suivi la Révolution française, l’abbaye nous a légué l’un des plus beaux monuments romans du Val de Loire, patrimoine mondial de l’Unesco : son église abbatiale, devenue basilique en 1947.