Vue aérienne de Yèvres-le-Châtel

Le Département s’engage face à l’urgence climatique

08 juin 2020

Le Conseil départemental du Loiret a engagé, début 2020, un bilan GES (Gaz à effet de serre) sur son patrimoine et ses compétences pour l’année 2019. En voici les résultats et les actions qui mèneront à la neutralité carbone.

Planète dans les mains

Aujourd’hui, toute activité humaine engendre des émissions de gaz à effet de serre. Certains sont naturels, leur concentration dans l’air peut être renforcée par l’homme (ex : le méthane présent dans nos cuisinières). D’autres, qualifiés d’artificiels, sont industriels et leur présence dans l’atmosphère n’est due qu’à l’homme.

Résultats

La France vise la neutralité carbone en 2050. Le Département du Loiret a lancé un bilan GES afin de savoir où il en est. Le total de ses émissions des gaz à effet de serre, en 2019, était de 67 200 t.eq.CO2 (tonnes équivalent CO2) qui se répartissent ainsi :

✓ consommations d’énergie des bâtiments : 18 % ;

✓ achats de matériaux et de produits : 35 % (repas des collèges, matériaux d’entretien de voirie et de travaux…) ;

✓ déplacements : 28 % (trajets des collégiens, trajets domicile-travail du personnel, déplacements de la flotte de véhicules) ;

✓ fabrication, sur base annuelle, des bâtiments et matériels du Département : 17 %.

Bilan carbone - Jeune femme et son vélo
Un des petits gestes que chacun peut faire : utiliser son vélo pour de petits trajets

Le Département agit

L’analyse objective des résultats montre le chemin qui reste à parcourir vers la sobriété carbone. Le Département s’engage concrètement pour limiter ses émissions de GES. Notamment en regroupant dans Loiret, la planète en tête, dix actions phares en relation avec les thématiques environnementales. Mais aussi en examinant les leviers principaux pour réduire les émissions de GES sont :

réduire les consommations en améliorant l’efficacité énergétique du chauffage des bâtiments (travaux d’isolation des bâtiments, régulation de chauffage, bonnes pratiques…), et privilégier les énergies renouvelables. En complément, le Département souhaite développer l’autoconsommation collective en équipant les collèges et bâtiments administratifs en panneaux photovoltaïques ;

utiliser, lors des projets de rénovation ou des projets neufs, des sources d’énergie moins émettrices de CO2 (bois, réseaux de chaleur,…). Par exemple, les collèges de Pithiviers et de Dadonville seront à énergie positive. Et le futur bâtiment des Archives départementales du Loiret sera, lui, de très haute performance énergétique. Le bon réflexe ? Analyser l’impact carbone des projets d’infrastructure en amont des projets pour les minimiser ;

évaluer la possibilité de limiter l’empreinte carbone des repas servis dans les collèges. Le passage à un repas végétarien par semaine a réduit les émissions de 15 %, cela peut être poursuivi, par exemple, en baissant la proportion de viande bovine dans les repas…

réduire la consommation de la flotte de véhicules, en incitant, formant et sensibilisant aux pratiques d’éco-conduite. L’ambition est d’équiper le Département d’utilitaires et de véhicules de service 100 % EnR (électrique, GNV ou hydrogène vert) pour 2025 ;

inciter les collèges à mettre en place des plans de Mobilité pour réduire la part de la voiture individuelle dans les déplacements des collégiens ;

mettre à jour le plan de Mobilité du Département pour diminuer la part de la voiture individuelle des agents dans les trajets domicile-travail. Une autre possibilité ? Le développement du télétravail ces dernières années peut être renforcé, en particulier dans le contexte de l’après-crise, qui a démontré la faisabilité de ce type d’organisation à grande échelle ;

• grâce à la plateforme locale d’approvisionnement Approlocal, créée en septembre 2019, l’impact transport lié à l’importation de denrées alimentaires pour les établissements publics est diminué (collèges, Ehpad…) ;

Et nous ?

Le Département agit pour limiter ses émissions de gaz à effet de serre. Mais chacun peut aussi faire de petit gestes comme trier ses déchets, acheter d’occasion et reconditionné, consommer local, effectuer ses courts trajets en vélo, covoiturer, diminuer ses trajets en d’avion, par exemple. Êtes-vous prêts ?

Édith Combe