Vue panoramique du château de Gien avec la Loire

Le petit théâtre de Cieu

22 septembre 2018
Mis à jour le Samedi 22 septembre 2018 - 08:00

Un chapeau melon, une barbe foisonnante, des doigts ornés de bagues, des yeux étonnés et rieurs. Ainsi se présente Cieu, artiste peintre. Il expose Galerie du théâtre à Orléans jusqu’au 20 octobre. Entrée libre.

Exposition Cieu Orléans septembre 2018 - théâtre d'Orléans - 1

« Maintenant mon travail est terminé ! Je passe le relai à Gil Bastide et Ludovic Bourreau, les metteurs en scène ! » En haut de l’escalier, on pénètre dans l’univers théâtral et plein de vie de Cieu. Un sourire accroché à la barbe, il nous explique son parcours, ses ressentis et son stress à la veille du vernissage.

Son parcours

Cieu est né à Orléans. Il déménage à Paris et s’inscrit au cours Florent. « Pour la première fois, je me suis senti à ma place ! »
En parallèle, il est graffeur. Lorsqu’il décide de « se frotter au monde des galeries », ses copains trouvent la démarche prétentieuse. Il adopte alors le pseudonyme de Cieu : dernière syllabe de prétentieux, écrit phonétiquement !
À trente-neuf ans, de nouveau orléanais, voilà dix ans qu’il est professionnel. Et ça marche bien pour lui. Aujourd’hui, Gil Bastide, ancien galeriste orléanais, et Ludovic Bourreau, commissaires de l’exposition, procèdent à l’accrochage. Les murs blancs ou recouverts de toile de Jouy par endroit, accueilleront cinquante-quatre toiles, plus qu’à la collégiale Saint-Pierre-le-Puellier en 2015.

L’exposition

Depuis avril, date à laquelle il a su que Cieu, Acte II se tiendrait Galerie du théâtre, l’artiste, passionné de théâtre, a produit toutes les œuvres exposées. L’idée d’exposer ici l’a motivé ! « D’autant plus, que je suis très bien accueilli, ce qui me touche ! Là, je me sens chez moi. J’ai le sentiment de revivre de bons souvenirs ! »
Gil Bastide explique pourquoi Nina ne peut être accrochée que sur ce mur. Cieu doute : « L’installation des œuvres est importante : elle met en valeur ou éteint un tableau ». Finalement Nina a changé de place et ouvre l’exposition.
« Cette exposition, pleine de parallèles avec le théâtre, est un trait d’union entre les deux univers. Tenez, cette porte ! Elle s’ouvre et se ferme, comme sur scène ! Un ami a réalisé une installation très légère afin qu’elle tourne. La porte n’est pas retenue, juste encadrée. Comme au théâtre, on entre côté cour et on sort côté jardin ! »

Divers matériaux

Cette fois, pas de Jaguar 1967 mais deux pianos, « qui symbolisent la bande-son fictive d’une pièce », des sculptures, des lattes de bois collées, sur lesquelles il rend hommage à Molière. Cieu aime peindre sur des supports inhabituels sortant de sa zone de confort ce qui l’oblige à improviser.
Il parcourt les brocantes où il déniche des cadres qu’il ponce, répare, repeint. Il leur donne une seconde vie, plus artistique en abritant ses créations. Cieu est amoureux des mots, alors, ses œuvres en sont truffées. Ici toujours en rapport avec des pièces de théâtre.

La peinture, une histoire de liberté

« En me consacrant à la peinture : je suis libre, même si je me mets à nu. Je n’ai plus les contraintes d’un texte ou d’un metteur en scène… Par contre, c’est plus stressant car on ne sait jamais comment sera reçue une exposition. »
À voir le grand nombre de visiteurs au vernissage, nul doute que ce Cieu Acte II sera une belle (re)découverte !

Édith Combe

Quelques œuvres de Cieu présentes dans l'exposition

Exposition Cieu - septembre 2018 - théâtre d'Orléans - 5
Exposition Cieu Orléans septembre 2018 - théâtre d'Orléans - 4
Exposition Cieu Orléans septembre 2018 - théâtre d'Orléans - 3

Cieu, Acte II

L'exposition est visible dans la galerie du théâtre d'Orléans, jusqu'au 20 octobre 2018. Elle est ouverte du mardi au samedi de 14 h à 19 h ainsi que les soirs de spectacles. Entrée libre.