Vue aérienne de champs vers Saint-Denis-de-l'Hôtel

L’heure civique ou comment vivre la solidarité dans le Loiret

16 avril 2021

En décembre dernier, nous vous proposions de participer à l'Heure civique ou donner une heure par mois pour aider un voisin. En ces temps difficiles, où les liens familiaux et sociaux sont difficiles à gérer, la valeur solidarité a-t-elle sa place ? Oui, le pensaient et le pensent toujours Marc Gaudet, président du Département, Pauline Martin, présidente de l’association des maires du Loiret et Atanase Périfan, créateur de la Fête des voisins et de voisins solidaires.

L’heure civique ou comment vivre la solidarité dans le Loiret - portage de courses

Atanase Périfan est convaincu que « pour renforcer la cohésion sociale, la solidarité doit reposer sur trois piliers complémentaires : la solidarité naturelle qu’est la famille ; la solidarité institutionnelle ou organisée par les mairies, CCAS, Départements ou associations et celle de proximité avec son voisinage ». Marc Gaudet et Pauline Martin ont été touchés par les arguments du créateur de la Fête des voisins et de voisins solidaires puisque le Loiret est le premier Département français à adhérer au dispositif. Il a alors lancé le Département solidaire ou la solidarité de proximité, le 17 décembre. La collectivité souhaite offrir, à travers l’Heure civique, les moyens de se porter volontaire, dans le prolongement de l’élan de solidarité révélé par la crise sanitaire, pour créer du lien, être utile, sortir de chez soi et aider les plus fragiles.

L'objectif ?

L’heure civique ou comment vivre la solidarité dans le Loiret - aide personne âgée

 

 

Proposer aux Loirétains, d’agir en donnant une heure par mois pour une action solidaire, organisée dans leur quartier, immeuble, lotissement, village ou pour aider spontanément un voisin qui en a besoin. La démarche est simple : inscrivez-vous sur la plateforme loiret.lheurecivique.fr en proposant des idées de gestes solidaires et une caisse à outils pour faciliter la mobilisation.

C’est un dispositif simple et sans contrainte, à la portée de tous :

  • apporter des courses à une personne âgée isolée ;
  • déposer son voisin à la gare ;
  • aider une personne en difficulté dans ses démarches administratives ;
  • donner un cours d’informatique ;
  • jardiner ;
  • bricoler ;
  • tenir compagnie
  • prendre des nouvelles…

Le Département, créateur de liens

Le Département, dont les agents se mobilisent au quotidien pour accompagner les Loirétains, intervient principalement au service des solidarités humaines : l’enfance ; la famille ; les personnes âgées et/ou handicapées et celles qui rencontrent des difficultés d’insertion sociale et professionnelle.

À propos de l’association Voisins solidaires

L’association Voisins solidaires est à l’origine de la Fête des voisins (10 millions de participants en France). Elle mène toute l’année des actions pour développer les solidarités de proximité, en complément des solidarités institutionnelles et familiales.

Céline Salomon, organisatrice du groupe de Meung-sur-Loire, témoigne

L’heure civique ou comment vivre la solidarité dans le Loiret - déchets après nettoyage Loire

Elle voit passer l’appel à volontaire fin février sur l’application de la mairie noecity. Elle gère soixante-deux volontaires. « Aujourd’hui, j’y consacre de une à deux heures par semaine. C’est une belle occasion de m’intégrer car j’arrive récemment de région parisienne », confie la nouvelle recrue.

Son rôle ? Elle répartit les membres par quartier, trouve les ambassadeurs (les volontaires les plus actifs) avec lesquels elle organise deux ou trois visio par mois. Elle s’occupe de la coordination des actions, des relations avec la mairie pour les besoins. Par exemple, l’association du Pagaie club Magdunois demandait des mains pour ramasser des déchets aux bords de Loire. Avec le CCAS, sont organisés des tri de colis ; lecture pour personne isolée/mal voyante ; promenade avec les personnes âgées ; mobilisation pour la vaccination (aide à l’organisation).

« Les volontaires créent du lien, sans but lucratif ni associatif, mais avec de la bonne volonté du bon sens ! », conclut Céline Salomon.

Que s'est-il passé depuis mi-janvier ?

Les Loirétains sont solidaires et généreux, puisque, dans le Loiret :

  • 313 personnes sont inscrites depuis mi-janvier. 78 sont orléanais et 62 magdunois. La progression est linéaire. Le confinement joue, on a envie d’être utile. C’est un travail sur le long terme, ça a pris 10 ans à voisins solidaires pour sortir du bois ;
  • on espère 1 000 volontaires d’ici fin 2021 ;
  • deux communes sont partenaires : Orléans et Meung-sur-Loire. Une autre est en passe de le devenir : Olivet. Saint-Jean de Braye est aussi sur les rangs. « On espère dix villes fin 2021 ! » ;
  • en France : 25 départements partenaires : le Loiret (le premier à adhérer) ; la Somme ; la Mayenne le Nord ; la Charente-Maritime…

Soyons fiers d’être solidaires ! 

S. Meurs et É. Combe