Vue aérienne de Yèvres-le-Châtel

Loiret : le viaduc de la sécurité pour cyclistes et piétons

30 septembre 2020

Pour les cyclistes et les randonneurs est venu le temps de la sécurité depuis la transformation, en mai 2020, du viaduc ferroviaire entre Sully-sur-Loire et Saint-Père-sur-Loire en viaduc destiné aux vélos et piétons. Histoire d’une reconversion durable.

Aujourd’hui, pour relier Sully-sur-Loire et Saint-Père-sur-Loire et enjamber la Loire à pied ou en vélo en toute tranquillité, on emprunte le viaduc ferroviaire transformé en viaduc pour mobilités douces. Jusqu’à cette reconversion, le pont de la RD 948 était utilisé avec les risques dus au trafic poids-lourds très important et dangereux pour les deux-roues et les passants.

Les deux communes étant situées sur le tracé de La Loire à vélo, l’itinéraire est très emprunté, comme l’attestent les compteurs : près de 44 000 piétons et 31 000 vélos du 17 juin au 28 septembre.

Transformation

Le Département a d’abord obtenu de la SNCF la mise à disposition de l’ouvrage par le biais d’une convention. Puis, une autre convention a été signée, en juin 2018 : le Département finance l’adaptation du pont et la Communauté de communes du Val de Sully les deux accès côté Saint-Père-sur-Loire et Sully-sur-Loire. Et, le Département réalise l’ensemble. Les travaux, débutés fin avril 2019, se sont achevés en mai 2020. Le pont a été ouvert au public en juin.

Afin de préserver l’environnement, des nichoirs à chiroptères et à martinets noirs sont installés sur la partie inférieure du viaduc.

En chiffres

L’opération totale a coûté 2,2 millions d’euros TTC :

  • 1 450 000 euros au Département ;
  • 250 000 euros à la communauté de communes ;
  • 500 000 euros à la Région Centre Val de Loire.

L’entretien courant de La Loire à vélo et des sections de la Scandiberique est assuré par le Département. Son coût annuel s’élève à 270 000 euros (fauchage, rebouchage nids de poule, remplacement de la signalétique et des mobiliers détériorés…). Seules les aires de repos sont entretenues par les communes.