Vue panoramique du château de Gien avec la Loire

Marc Gaudet, président du Département du Loiret : "Le département n’est pas à vendre !"

10 juillet 2019

Marc Gaudet, président du Conseil départemental du Loiret, réagit aux propos de François Hollande, ancien chef de l’État, sur l’avenir des départements.

portrait_marc_gaudet
Marc Gaudet, président du Département du Loiret, réagit aux propos de l'ancien chef de l'État, François Hollande.

« Vendredi dernier, François Hollande était l’invité du 30e congrès de l’Association des administrateurs territoriaux de France (AATF) à Orléans. À cette occasion, l’ancien président de la République a donné sa vision de l’avenir des départements dans l’organisation démocratique et institutionnelle de notre pays. Cette vision est bien éloignée de celle qu’attendent nos concitoyens. Elle n’est, dans tous les cas, absolument pas celle que nous défendons avec mes collègues de l’Assemblée des Départements de France (ADF).
 
L’ancien chef de l’État « pense que les Départements doivent se dessaisir des collèges, des routes pour devenir la grande collectivité sociale (dépendance, insertion, jeunesse) ». Il a par ailleurs précisé qu’il était « légitime que le département bénéficie du transfert de la CSG ».
Cette vision est bien évidemment réductrice et mortifère pour le Conseil départemental. S’il s’agit de le transformer en simple agence sociale cantonnée à la délivrance d’aides déterminées au niveau national, quel serait alors l’intérêt de conserver une collectivité pour cela ?
 
Celui qui a construit sur un coin de table des méga-régions (la nôtre y a échappé…) et inventé les métropoles ferait bien de s’attarder à comprendre le vrai rôle des départements sur les territoires : la proximité, la solidarité territoriale, cette relation directe des élus départementaux avec les territoires, les élus locaux et la population. Il a tout de même vite oublié, lui qui a pourtant été président du Conseil général de la Corrèze de mars 2008 à mai 2012 ! Je l’invite d’ailleurs à venir participer au colloque que nous organisons le 12 septembre prochain sur le soutien départemental fourni au quotidien aux communes et EPCI en termes d’ingénierie et de conseil.
 
Le Conseil départemental est bien le chef de file en matière sociale (famille, personnes âgées, handicap…), mais il est aussi en première ligne dans l’aménagement du territoire ou l’entretien du réseau routier grâce à son expertise reconnue. Sa gestion des collèges dans le Loiret aura aussi permis la reconstruction ou réhabilitation de 53 collèges entre 1996-2017, soit près de 600 millions d'euros investis : trois autres sont prévus dans les années à venir. D’autre part, être présent dans les domaines de la culture et du sport est pour le Département une priorité car il s’agit également d’une réponse sociale efficace face à la demande d’équité entre les habitants des différents territoires.
 
Du fait de la suppression de la taxe d’habitation, la taxe foncière sur le bâti, jusqu’alors dévolue aux Départements, sera attribuée aux communes. Les Départements bénéficieront, comme l’a annoncé le Gouvernement, d’une part de la TVA. Il était hors de question de percevoir une part de CSG - un impôt qui n’a de social que le nom ! - et qui avait le désavantage de peser notamment sur les retraités.
 
Je m’associerais enfin au message global porté lors de ce congrès, à savoir la nécessité que le Gouvernement engage une nouvelle étape de décentralisation : ce sera l’objet des discussions du prochain congrès de l’ADF qui se tiendra cette année dans notre région du 16 au 19 octobre 2019 à Bourges, où plusieurs milliers d’élus départementaux sont attendus. »