Vue aérienne de Yèvres-le-Châtel

Musique et lectures maestro !

06 janvier 2020

2020 débute et avec cette nouvelle année, les bonnes résolutions fleurissent… Comme celles de faire du sport, d’arrêter de fumer, de commencer la méditation, de lire plus… pour cette dernière, voici un petit coup de pouce qui pourrait vous aider à y arriver !

Chronique livres et CD janvier 2020 - vignette

Édith Combe

Mélodie Nelson - Mellow

Mélodie Nelson ce nom vous est forcément familier, non ? Si ! Serge Gainsbourg et son album Histoire de Melody Nelson, véritable flop à l’époque et culte aujourd’hui. Par affection, cette jeune chanteuse a gardé le surnom qu’on lui donnait petite.

Mélodie a été, depuis toute petite, baignée dans la musique : un père trompettiste, qui donnait des cours ; un parrain saxophoniste ; une grand-mère au banjo et une tante à la clarinette… tous amateurs, faisant des bœufs lors des réunions de famille ! Mélodie s’est professionnalisée en suivant des cours de chant pendant quatre ans.

Désormais, elle se produit dans le Loiret. Accompagnée de deux musiciens, ils ont travaillé sur la création d’un EP* : elle a écrit les chansons d’octobre 2018 à février 2019 ; d’avril à juillet, il y a eu trois sessions d’enregistrement, puis, cet été, le mastering, la finalisation des titres, a été réalisé et en septembre, le CD a vu le jour !

Écoutez-le et découvrez cinq titres en anglais, façon pop soul et pop folk. Ayant vécu un an aux États-Unis, elle parle couramment la langue de Shakespeare. En concert, elle reprend également des chansons françaises, Zazie et Brel, par exemple !

Puis, regardez son clip Mellow, tourné à Orléans, dont les paroles proposent de se concentrer sur les choses positives de la vie. Mélodie, au prénom prédestiné, possède un joli brin de voix, un petit côté vintage et cependant très dans l’air du temps.

*extended play rassemble plusieurs titres mais est plus court qu'un album

Livres CD janvier 2020 - Mélodie Nelson

Je suis seule ce soir - Aude Prieur

Voici la suite du roman précédent de Aude Prieur Cherche et tu ne trouveras pas. Mais pour ceux qui ne l’ont pas lu, il peut se lire indépendamment.

C’est une histoire de journaux intimes : celui d’Éléonore et celui de Laure, la narratrice. Cette dernière, mère de trois enfants, attend son quatrième. Elle est mariée à Louis dont la grand-mère, Éléonore, elle-même enceinte quand elle commence son journal, est l’épouse d’Antoine, parti faire la guerre. C’est aussi la petite histoire, celle de cette famille, qui s’insère dans la grande, avec la guerre, les déportations, les camps (Pithiviers, Beaune-la-Rolande…).

L’auteure, passionnée d’histoire, a effectué trois ans de recherche avant la publication de ce livre. Parfaitement documenté, il est très accessible et l’histoire nous tient en haleine du début à la fin. À lire sans plus attendre.

Aude Prieur – Je suis seule ce soir – éditions Écluse – 15 €

Chronique livres et CD janvier 2020 - Aude Prieur

Au-devant de Maurice Genevoix - Jacques Tassin

Jacques Tassin est fan de Maurice Genevoix jusqu’au bout de la plume. En effet, c’est le quatrième livre qu’il lui consacre.

L’écrivain souhaite entamer un dialogue avec son auteur favori. Pour cela, il se rend au lac des cyprès chauves dont il sait qu’il lui était particulièrement cher. Commence alors une description du lieu, remontent alors des souvenirs de ses lectures, vient une évocation de ceux de Maurice Genevoix. On se plaît à le lire reprendre des paragraphes du romancier loirétain. C’est un ouvrage qui nous aide à découvrir une part plus intime de Maurice Genevoix. Au cours de cette balade, Jacques Tassin aperçoit un homme assis sur une souche. Cet inconnu amorce la conversation. Qui est-il ?

Au-devant de Maurice Genevoix vous donnera envie de lire ou de le relire. Vous pourrez choisir parmi ses cinquante-six ouvrages ! Le plus connu, Raboliot, prix Goncourt 1925, est un roman régionaliste inspiré par la Sologne. Maurice Genevoix a habité Châteauneuf-sur-Loire, puis, il devient interne au lycée Pothier d’Orléans avant d’étudier à Paris, pour revenir dans son village de cœur après la guerre et une mauvaise grippe espagnole. Il rachète ensuite à Saint-Denis-de-L’Hôtel, en bord de Loire, « une vieille maison, rêveuse, pleine de mémoire et souriant à ses secrets ». C’est là, dans son bureau avec vue sur le fleuve royal, qu’il écrira la plupart de ses romans.

Un conseil : laissez-vous guider par Jacques Tassin sur les pas du plus connu des Loirétains !

Jacques Tassin – Au-devant de Maurice Genevoix – Corsaire éditions – 13.80 €

Chronique livres et CD janvier 2020 - Genevoix

Être reconnu au travail - Différent et compétent réseau

Cet ouvrage s’adresse à ceux qui souhaitent davantage de reconnaissance au travail. Il nous livre douze cartes pour être plus heureux au travail avec de meilleurs résultats. Les personnages dont il évoque le parcours ou les compétences sont réels. À l’exemple de Marcel Jonathan, Jean-Marie, Philippe, Éric, François et David mobilisés ensemble pour la création de leur local d’abord, puis d’un espace d’hortithérapie. Ils ont appris la coconstruction et sa force ! Fabien, lui, a expérimenté l’inclusion dans une entreprise qui l’a embauché pour ses compétences. Aussi bien Fabien que l’entreprise sont ravis de l’expérience. Il se sent bien dans son travail et a proposé une compétence de plus : celle de la photographie, rajoutée à sa fiche de poste, qui satisfait pleinement son employeur. Fabien a signé ici un CDI.  

Et lisez l’exemple de Nathalie, loirétaine, qui a trouvé sa voix. À l’Esat, elle s’est inscrite au cours de chant proposé par Catherine, parce qu’elle chante tout le temps et de tout. Comme elle possède une belle voix, La professeure l’a accueillie dans sa chorale. Petit à petit, elle chante des solos. Grâce à cela, elle devient plus confiante, notamment dans le cadre de son travail, à tel point qu’elle décide de tenter une reconnaissance des acquis de l’expérience. Belle histoire, comme toutes celles de ce livre qui entend redonner de la voix aux personnes en situation de handicap.

Être reconnu au travail. Oui mais comment ? Différent et compétent réseau – éditions Chronique sociale - 6.90 €

Chronique livres et CD janvier 2020 - Être reconnu

1870, entre mémoires régionales et oubli national – Ouvrage collectif

Comme son titre le laisse entendre, il s’agit d’un livre d’histoire. Il est écrit par trois professeurs de l’université d’Orléans : Pierre Allorant ; Walter Badier et Jean Garrigues.

Cette année, nous commémorons les cent cinquante ans du déclanchement de la guerre franco-prussienne (19 juillet 1870 au 29 janvier 1871). Ce conflit est aujourd’hui complètement oublié. Pourtant, le Loiret fut l’un des départements les plus meurtris de ce conflit.

Les auteurs ont recherché des empreintes régionales : en Haute-Saône ; en Normandie ; dans la Loire et l’Indre ; la Réunion… Des photographies illustrent leurs propos.

La deuxième partie est consacrée au souvenir français. L’un des chapitres est dédié à Lionel Royer, un artiste dont les œuvres témoignent de cette guerre, et qui s’est battu, notamment à Orléans alors qu’il n’avait que dix-sept ans.

Dans la troisième partie, ce sont les écrits du for privé qui alimentent la mémoire du conflit. Par exemple, Auguste Vonderheyden raconte son internement dans les camps de prisonniers prussiens : la souffrance ; le froid ; la faim ; l’ennui ; la maladie… et son évasion, finalement. Ailleurs, ce sont des échanges de lettres, d’autres journaux intimes et carnets de guerre et témoignages politiques qui contribuent à fournir une histoire collective et une autre intime.

Enfin, les conséquences de ce conflit ne sont pas neutres pour les contrées lointaines que sont les États-Unis et l’Amérique latine. À la bourse de New York, les prix des matières premières chutent. Dans l’Empire brésilien, le prix des diamants baisse provoquant la panique des grands investisseurs…

Un ouvrage collectif très riche sur un conflit court mais qui a comptabilisé quelque 139 000 morts dans les rangs et 51 000 côté allemand.

1870, entre mémoires régionales et oubli national – se souvenir de la guerre franco-prussienne – Ouvrage collectif – Pur éditions – 25 €

Chronique livres et CD janvier 2020 - 1870

Le souribus - Audrey van den Berg et Anaïs Groisy

C’est le deuxième livre jeunesse d’Audrey van den Berg, auteure. Quant à Anaïs Groisy, elle n’est pas novice non plus ayant illustré notamment un carnet de voyage sur le Sri Lanka. Toutes deux ont choisi l’auto-édition afin de travailler comme elles l’entendent (choix de l’imprimeur, rémunération décente, démarches auprès des libraires…).

Les 3 – 8 ans feront la connaissance de Minou le Chat, chat olivetain, qui vit chez Mamie Claquette. Un jour, dans une venelle, il croise une drôle de souris, vêtue d’un veston doré et portant une sacoche. Minou le Chat décide de la suivre, intrigué. Le jeune lecteur parcourt la ville guidé par le matou.

Ce livre présente plusieurs intérêts : pédagogique parce que le lecteur apprend à se repérer dans l’espace ; culturel car il (re)découvre le patrimoine local et psychologique en apprenant à comprendre et apprivoiser ses émotions.

En complément de l’ouvrage, un cahier des émotions qui est un cahier de coloriage guidé.

N’hésitez pas à soutenir ce duo dynamique qui a plein d’idées en tête !

Le souribus - Audrey van den Berg et Anaïs Groisy – Les éditions French Flowers – 16 €

Livres et CD 2020 - Souribus