Vue aérienne de Puiseaux

Un masque solidaire pour « prendre soin les uns des autres »

20 mai 2020

Un regard intense bordé d’un masque de protection pas comme les autres. Sur le tissu blanc, des lettres bleues forment un message : « OSL, le Loiret au cœur ». « C’est un clin d’œil au Département du Loiret, notre principal partenaire », confie Emmanuelle Huet, directrice de l’Orchestre symphonique du Loiret (OSL). C’est elle qui a eu l’idée de se lancer dans une aventure, que d’aucuns qualifieront d’un peu « folle ». Une aventure qui a vu le jour en partenariat avec l’association Courir pour la vie, Courir pour Curie : la fabrication de masques vendus à prix coûtant (5 €), à un euro près. Un euro reversé à l’Institut Curie, centre de recherche et de traitement contre le cancer. 

Masque Orchestre symphonique du Loiret

Sur un masque, un violon, sur un autre, la phrase « Tous à l’unisson ». C’est peut-être celle qui résume le mieux la philosophie de cette initiative : « En portant un masque, nous prenons soin les uns des autres, nous allons tous dans le même sens », souligne Emmanuelle Huet, qui tenait à montrer que « les artistes de l’OSL sont toujours là », malgré les circonstances, les questionnements et les incertitudes qui touchent particulièrement le monde de la culture.

L’inquiétude des chercheurs face au Covid-19

Dans ce contexte, la fabrication de masques aux couleurs de la musique et de l’OSL sonnait comme une évidence pour Emmanuelle, débordante « d’amour pour la vie ». Tout comme le fait de soutenir l’Institut Curie. D’autant plus que Dominique Ancelin, président national de l’association Courir pour la vie, Courir pour Curie, lui faisait part, quelques semaines plus tôt, de la grande inquiétude des chercheurs quant à la dangerosité de la Covid-19.

À chaque masque, 1 euro reversé à l’Institut Curie

Concrètement, à chaque masque acheté, un euro sera reversé à l’Institut Curie. Emmanuelle sait qu’elle peut leur faire confiance quant à l’utilisation de cette aide financière. En 2018, elle avait organisé une conférence-concert, main dans la main avec l’association Courir pour la vie, Courir pour Curie et l’institut. Alors non, ce coup de pouce ne sera pas synonyme de subsides pharaoniques. Mais à l’image du colibri qui lutte contre l’incendie qui embrase la forêt amazonienne,  Emmanuel et tous les acheteurs feront leur part.

Fabriqués à La Chapelle-Saint-Mesmin

Pour aller au bout de sa démarche d’entraide, Emmanuelle a fait appel à une entreprise locale, TechAndSwag, basée à La Chapelle-Saint-Mesmin. Du fait à la main, dans le respect des normes préconisées.

Côté distribution, Emmanuelle peut compter sur le soutien du luthier orléanais, Denis Caban, qui propose à la vente ces masques dans son atelier (rue de Parisie). Les personnes intéressées sont également attendues sur la page Facebook de l’Orchestre symphonique du Loiret.

En définitive, porter les masques de l’OSL, c’est mettre « de la couleur, de la gaieté » et, bien sûr, de la musique, dans un quotidien qui s’annonce masqué, encore quelque temps.
C’est d’ailleurs en incluant le masque qu’Emmanuelle et ses musiciens réfléchissent à l’avenir de l’Orchestre symphonique du Loiret, sur le point de fêter ses 20 ans. Quoi de mieux que des notes de musique pour faire « passer des émotions » à l’heure où les lèvres resteront cachées derrière leurs protections, indispensables pour faire front face au Covid-19.

Stéphanie Cachinero