Vue panoramique du château de Gien avec la Loire
  • Accueil
  • Le Département recrute des…

Le Département recrute des assistants familiaux, des familles solidaires et des accueillants familiaux

Le nombre d’enfants en danger et personnes dépendantes augmentent chaque année. Vous souhaitez vous engager pour améliorer leur quotidien ? Vous voulez donner du sens à vos actions et vous sentir utile ? Soyez solidaires en accueillant chez vous ceux qui en ont besoin, pour partager votre temps et vos expériences. Vous avez le pouvoir ! Celui d’agir ! Le Département du Loiret recrute sur les missions d’assistant familial, d’accueillant familial et de famille solidaire.

Le Département recrute des assistants familiaux, des familles solidaires et des accueillants familiaux

Devenez d’assistant(e) familial(e)

Le Département du Loiret compte actuellement 306 assistants familiaux. De nombreuses offres d’emploi sont à pourvoir sur ce métier pour répondre aux besoins d’accueil. En effet, au 31 juillet 2019, 599 enfants étaient accueillis chez des assistants familiaux (soit près de la moitié du nombre total d’enfants confiés).

Les missions de l’assistant(e) familial(e)

Un(e) assistant(e) familial(e) est un travailleur social qui, moyennant rémunération, accueille habituellement et de façon permanente des mineurs à son domicile.
L’accueil familial signifie qu’un enfant est pris en charge dans une autre famille que la sienne, afin de résoudre une situation particulière le concernant. L’objectif est de résoudre l’éventuel problème de la relation enfant-parents tout en conservant sa culture familiale en vue de permettre un retour dans sa famille. Dans le cas où cela est impossible, l’objectif est d’aider l’enfant à grandir en maintenant le lien avec sa famille.
L’assistant familial ne peut pas accueillir plus de 3 mineurs ou jeunes majeurs de moins de 21 ans.
Cette activité s’intègre dans le dispositif de protection de l'enfance du Département.
L’assistant(e) familial(e) exerce sa profession, au sein du département, comme salarié(e), après avoir été agréé(e) à cet effet.
Il(elle) participe à la prise en charge pluridisciplinaire et à l’accompagnement de l’enfant. Il(elle) est membre de l’équipe médico-sociale à part entière. Celle-ci a pour objectif de réfléchir aux besoins de l’enfant dans un contexte global, affectif et social, de conduire des projets éducatifs individualisés respectant le droit de ses parents.
L'assistant(e) familial(e) constitue ainsi, avec l'ensemble des personnes résidant à son domicile, une véritable famille d'accueil.
Exercer ce métier, c'est accepter d'engager toute sa famille dans cette profession à domicile. Accueillir un ou des enfants confiés à l'aide sociale à l'enfance, c’est leur prodiguer les soins nécessaires et veiller à leur éducation, leur insertion socio-professionnelle, et, chaque fois que possible, au maintien de leurs liens familiaux. Ainsi, l’assistant(e) familial(e) doit posséder de nombreuses qualités : être investi(e), à l’écoute, responsable et accueillant(e).

Être recruté en tant qu’assistant(e) familial(e)

L’agrément permet de postuler pour être recruté auprès du Conseil départemental.
Un(e) assistant(e) familial(e) peut cumuler plusieurs employeurs à certaines conditions :

  • Le 2nd emploi ne porte pas préjudice à l’exercice de la fonction d’accueil d’enfants à domicile ;
  • L’assistant(e) familial(e) obtienne impérativement l’autorisation préalable de son employeur ;
  • Le 2nd emploi ne doit être qu’un emploi de complément.

Stage, formation et diplôme : les dernières étapes

  • Le stage préparatoire à l’accueil de l’enfant
    Avant l’accueil du premier enfant, au titre du premier contrat de travail suivant son agrément, l’assistant(e) familial(e) bénéficie d’un stage préparatoire à l’accueil d’enfants, organisé par l’employeur, d’une durée de 60 heures. Dans l’attente qu’un enfant lui soit confié, l’assistant(e) familial(e) perçoit une rémunération minimale.
  •  La formation
    Dans les 3 ans qui suivent le 1er contrat de travail, les assistants familiaux doivent suivre une formation obligatoire adaptée aux besoins des enfants accueillis. En alternance, d’une durée de 240 heures (40 jours), sur 18 à 24 mois, elle est à la charge du département qui assure le côté financier. À l’issue de la formation, les stagiaires peuvent se présenter au diplôme d’État d’assistant familial (DEAF) ou demander l’attestation de présence à la formation, permettant de renouveler de l’agrément.

Le diplôme d’État d’assistant familial

Ce diplôme atteste des compétences nécessaires pour accueillir à son domicile et dans sa famille, des mineurs ou jeunes majeurs de moins de 21 ans. Il peut être obtenu après examens ou par la Validation des acquis de l’expérience (VAE). L’échec aux épreuves du diplôme d’État n’est pas un obstacle à la poursuite de la profession d’assistant familial.

Dans le Loiret, tout au long de sa carrière, l’assistant(e) familial(e) est accompagné professionnellement par les services de la collectivité.

Vous pouvez postuler en vous rendant sur cette offre d'emploi
 

Pour assister aux réunions d'informations sur le métier d'assistant familial, inscrivez-vous ici.

 

 

Devenez accueillant(e) familial(e)

Le Département du Loiret compte actuellement 69 accueillants familiaux. Le nombre d’accueillants familiaux ne cesse de décroitre depuis 2012. En effet, en 2012, 107 accueillants familiaux étaient présents dans le département. Il en est, par conséquent, de même pour le nombre de places proposées envers les personnes âgées et les personnes en situation de handicap, puisqu’en 2012, 200 places étaient proposées, contre 146 cette année. De nombreuses offres d’emploi sont donc à pourvoir sur ce métier pour répondre aux besoins d’accueil, essentiellement sur Orléans et son agglomération.

Les missions d’un(e) accueillant(e) familial(e)

L’accueil familial permet à une personne âgée ou en situation de handicap de bénéficier d’un accueil permanent, temporaire ou séquentiel, à temps plein ou à temps partiel (de jour ou de nuit), au sein d’une famille agréée et contrôlée par le Conseil départemental. Ce dispositif est réglementé par le Centre d'accueil familial spécialisé (CAFS).
La personne accueillie dispose d’une chambre personnelle et participe à la vie de famille. Elle bénéficie d’un accompagnement personnalisé assuré par l’accueillant, son entourage et les services médico-sociaux.
L’accueil familial peut être combiné avec un autre mode de prise en charge (par des proches ou en établissement : accueil de jour, travail en Esat...). Les personnes accueillies peuvent prétendre à différentes aides financières (APL, APA, PCH, ASH) pour financer le coût de leur accueil.
A mi-chemin entre le maintien à domicile et la prise en charge en établissement, l’accueil familial est une solution alternative aux personnes souhaitant vivre dans un collectif restreint. De plus, elle peut être utilisée afin de permettre aux aidants familiaux d’avoir un peu de répit.

Être recruté en tant qu’accueillant(e) familial(e)

De nombreuses réunions d’information sont organisées tout au long de l’année afin de permettre à chacun de se renseigner sur le métier.
Une personne souhaitant devenir accueillant familial doit faire une demande au Département du Loiret afin de pouvoir participer à une réunion d’information : accueil.familial.pa.ph@loiret.fr ou 02.38.25.45.45.
À l’issue de cette réunion, la personne, si elle souhaite postuler, peut demander le dossier de demande d’agrément auprès du pôle de l’Accueil familial de la MDA. La personne retourne le dossier complet au pôle accueil familial, qui dispose de 4 mois pour instruire la demande d’agrément.
L’agrément permet de postuler pour être recruté auprès du Conseil départemental.

Stage et formation : les dernières étapes

  • Le stage préparatoire à l’accueil
    Dans les 6 mois suivants l’obtention de l’agrément, et avant le premier l’accueil, l’accueillant(e) familial(e) bénéficie d’un stage préparatoire à l’accueil de personnes âgées et/ou handicapés, organisé par le Département, d’une durée de 12 heures, ainsi qu’une initiation aux premiers secours.
  • La formation
    Dans les 24 mois suivants l’obtention de l’agrément, l’accueillant(e) familial(e) doit suivre une formation initiale de 42 heures. Il devra également suivre, tout au long de la détention de l’agrément, une formation continue de 12 heures par période de 5 ans. Ces formations sont organisées par le Département.
    Les services de la collectivité organisent le suivi social et médico-social des personnes accueillies.

Devenez famille solidaire pour des MNA

Un nouveau dispositif d’accueil des MNA

Le nombre de mineurs non accompagnés (MNA) n’a cessé d’augmenter ces dernières années. Ils étaient 239 au 31 décembre 2017. Ils sont aujourd’hui (au 1er septembre 2019) 322.
Dès lors que ces mineurs sans famille sont reconnus par la justice comme étant en danger en raison de leur minorité et de leur isolement, leur prise en charge relève de la compétence du Département du Loiret, au titre de l’aide sociale à l’enfance.
Malgré un grand nombre de jeunes logés en foyers, le recours aux hôtels est en effet aujourd’hui le moyen d’hébergement le plus utilisé. Il s’agissait initialement d’une réponse d’urgence à un phénomène massif et soudain, auquel aucun Département ne pouvait se préparer. La diversification des modes d’hébergement pour les MNA confiés au Département constitue un axe fort pour l’année
2019, avec le développement des familles solidaires.

Les missions de la famille solidaire

L’accueil familial solidaire et bénévole est complémentaire des autres formes d’accompagnement. Il permet de proposer un nouveau mode d’accueil adapté aux besoins spécifiques de ces jeunes.
Cet accueil volontaire, durable et bénévole est assuré par un tiers à son domicile. Il peut être permanent ou non, en fonction des besoins du mineur et des possibilités de l’accueillant.
Être famille solidaire, c’est un engagement citoyen qui permet d’apporter un étayage au jeune dans un contexte familial et non institutionnel.
L’accueil solidaire et bénévole contribue à l’intégration sociale de ces jeunes sur le département du
Loiret par la compréhension et la transmission de valeurs qui leur permettront de devenir des citoyens à part entière.
Cet accueil concerne les jeunes à partir de l’âge de 13 ans, reconnus comme mineurs non accompagnés suite à une décision de placement ordonnée par le juge des eEnfants dans le département du Loiret. Seuls des jeunes volontaires, qui sont dans une logique d’insertion et d’ouverture sur l’extérieur, intègrent ce dispositif.
La démarche est bénévole. Les familles volontaires ne perçoivent pas de salaire, mais peuvent néanmoins être remboursées des frais liés à l’accueil du jeune, sur la base de l’indemnité d’entretien prévue pour les assistants familiaux.
Pour devenir famille solidaire, contactez le centre de contact du Département du Loiret au 02 38 25 45 45. Un conseiller vous donnera tous les détails pour candidater (proposition par écrit puis participation à une réunion d’information…)

Les étapes de la procédure

  • L’information et l’évaluation des familles
    Le Département du Loiret organise, plusieurs fois par an, des réunions d’informations, ouvertes aux personnes intéressées par le dispositif.Les personnes volontaires doivent transmettre une demande écrite motivée au Département qui étudie ensuite chaque dossier.Une évaluation de la situation du tiers est réalisée par les services de l’Aide sociale à l’enfance. Un entretien est ainsi réalisé à son domicile où les services s’assurent qu’il est en capacité de veiller à garantir le développement physique, affectif, intellectuel et social de l’enfant et de préserver sa santé, sa sécurité et sa moralité.
  • La décision de confier un enfant à un tiers
    Avant tout accueil, le Département du Loiret doit recueillir l’avis de l’enfant et s’assurer que ce dernier ait bien compris le sens de ce projet. Un contrat d’accueil est signé par le tiers bénévole et solidaire, le jeune et le président du Conseil départemental (responsable de l’unité MNA par délégation). Ce contrat précise notamment les actions, les modalités d’accueil et la durée. Pour assurer une continuité dans l’hébergement, des "binômes solidaires et bénévoles" peuvent être mobilisés pour permettre de palier aux imprévus ou au besoin de certaines familles de se retrouver.
  • La mise en relation et l’accompagnement
    Une première rencontre entre le mineur et la famille accueillante est organisée par le service. Elle sera suivie d’un accueil progressif selon un calendrier fixé en fonction du rythme et des besoins du mineur.Tout au long de l’accueil, la famille solidaire et l’enfant bénéficient d’un accompagnement et un suivi par le service de l’Aide sociale à l’enfance, sous la forme d’entretien et de visite à domicile. L’objectif est de s’assurer de la bonne prise en compte des besoins de l’enfant par le tiers et de l’adéquation de l’accueil avec le projet personnalisé de l’enfant. Un référent est également présent à tout moment afin d’apporter soutien, écoute et échange à la famille bénévole.

Indemnisation et prise en charge

Les familles accueillent des MNA à titre bénévole et ne perçoivent donc pas de rémunération.
Cependant, chaque famille, sur demande, peut être indemnisée des frais liés à l’entretien du mineur.
Cette indemnisation, d’un montant de 12,67 € par jour de présence de l’enfant, couvre :

  • Les frais de nourriture ;
  • Les frais d’hébergement ;
  • Les frais d’hygiène corporelle ;
  • Les loisirs réalisés au sein de la famille ;
  • Les déplacements de proximité afférés au quotidien de l’enfant.

CHIFFRES-CLÉS

Assistants familiaux

  • 302 assistants familiaux dans le département du Loiret au 31 juillet 2019
  • 599 enfants accueillis chez des assistants familiaux au 31 juillet 2019
  • 100 postes d’assistants familiaux à pourvoir dans le Loiret
  • 60 heures de stage pour devenir assistant(e) familial(e)
  • 240 heures de formation pour devenir assistant(e) familial(e)

Accueillants familiaux

  • 69 accueillants familiaux dans le département du Loiret en septembre 2019
  • 12 heures de stage pour devenir accueillant(e) familial(e)
  • 42 heures de formation pour devenir accueillant(e) familial(e)
  • 25 % : pourcentage de l’accueil des personnes âgées sur l’effectif de personnes accueillies

Familles solidaires

  • 322 mineurs non accompagnés au 1er septembre 2019