Vue panoramique du château de Gien avec la Loire
  • Accueil
  • La déviation entre Jargeau et…

La déviation entre Jargeau et Saint-Denis-de-l’Hôtel

Dans le cadre du projet de mandat 2015–2021 et de son objectif d’optimisation des franchissements de la Loire, le Département du Loiret a pour projet la construction de la déviation de Jargeau et Saint-Denis-de-l’Hôtel.

Vue aérienne travaux déviation Jargeau

Le projet de déviation de la RD 921 entre Jargeau et Saint-Denis-de-l’Hôtel prévoit la création d’une route nouvelle à 2 voies entre la RD 13 au Sud sur la commune de Marcilly-en-Villette et la RD 960 à l’Est de la commune de Saint-Denis-de-l’Hôtel.

D’un linéaire de 14,7 kilomètres le projet consiste en la création d’un tracé neuf à 2 voies entre la RD 13 au Sud et la RD 960 à l’Est de Saint-Denis-de-l’Hôtel en passant par le giratoire existant au nord de Saint-Denis-de-l’Hôtel sur la RD 921 ; il comprend un nouveau pont sur la Loire. Les communes concernées par le tracé sont : Marcilly-en-Villette ; Sandillon ; Darvoy ; Mardié ; Jargeau ; Saint-Denis-de-l’Hôtel.

Le tracé retenu permet de dévier, de manière optimale, le trafic de transit des centres villes de Jargeau, Darvoy et Saint-Denis-de-l’Hôtel, polarisé avec l’agglomération Orléanaise, en l’orientant vers les axes structurants du Département (RD 2060 au nord et RD 14 au sud). Cette nouvelle infrastructure contribuera à la sécurisation et l’apaisement des itinéraires existants afin d’améliorer le cadre de vie de la population des centres villes traversées, et favorisera en outre l’émergence du projet de réouverture aux voyageurs de la ligne ferroviaire Orléans–Châteauneuf-sur-Loire. Dans le cadre de ce projet structurant, le Département s’est attaché à prendre en compte les contraintes majeures hydrauliques, environnementales et paysagères du site.

Carte du tracé proposé à l’enquête publique

Film de présentation (juillet 2015)

Le projet de déviation entre Jargeau et Saint-Denis-de-l’Hôtel

Le saviez-vous ?

  • Le projet créera un environnement plus favorable sur le territoire : moins d’émissions de CO2 en supprimant les nombreux embouteillages, des panoramas inédits de la Loire sur le pont avec la construction de belvédères, des études complètes sur la faune et la flore déjà réalisées qui permettront une pédagogie et des visites sur sites, notamment auprès des collégiens, la création d’une forêt durable en lieu et place de bois sans qualité particulière.
  • Le Département travaille avec le BRGM dans le cadre d’une convention afin de définir les recommandations à prendre en compte pour la construction des ouvrages. Il ressort de l’analyse du BRGM que les risques ont bien été recensés et nécessitent des mesures appropriées qui seront mises en œuvre en phase de conception ainsi qu’un suivi spécifique en phase de réalisation.
  • Concernant les balbuzards, la plateforme de Mardiéval est artificielle. Elle n’a pas été touchée par les travaux. Les individus migrateurs étaient déjà partis en Afrique. Le Département travaille actuellement sur une nouvelle implantation d’une aire artificielle en forêt d’Orléans. Cette proposition sera soumise à l’avis du Comité de pilotage régional en faveur du Balbuzard pêcheur
  • De nombreuses mesures environnementales, représentant 8 M€, ont été retenues pour préserver les milieux naturels dans le cadre de la déviation de Jargeau.
  • Le pont de la déviation de Jargeau sera le seul ouvrage franchissable en cas d’inondation pour traverser la Loire Nord/Sud, ce qui est indispensable pour les véhicules de secours.
  • Un inventaire de la faune et de la flore a été réalisé sur une année entière afin d’identifier les espèces animales et végétales présentes sur le tracé de la déviation de Jargeau et les protéger.
  • Le Département soutient les acteurs de la conservation du Balbuzard en finançant le projet Objectif balbuzard.
  • Un arbre retiré pour le projet sera replanté. Sur certaines zones, ce sont deux arbres replantés pour un arbre retiré.
  • Des crapauducs (petits tunnels sous la route sécurisant les déplacements des batraciens) seront implantés dans le Val de Darvoy et le bois des Comtesses (St-Denis-de-l’hôtel)
  • Une écologue indépendante travaille depuis le démarrage des études sur le projet de déviation de Jargeau. Elle fait partie de l’entreprise Biotope basée à Orléans. Biotope réunit la plus grande équipe d’écologues au niveau européen.
  • 1500 tonnes de bois seront recyclées dans le réseau de chauffage urbain orléanais. Une forêt durable sera créée tant dans sa gestion que dans les espèces plantées. 

8 M€ pour préserver les milieux naturels

Sur un budget total de 80 M€, une enveloppe financière de 8 M€ (soit 10% de l’opération) est consacrée à des actions afin de préserver l’environnement et la biodiversité. Détail ci-dessous :

  • Mesures environnementales de chantier (balisage anti-destruction d’habitat, barrières d’isolement pour amphibiens, vérification de la présence des chiroptères, mission écologue pendant travaux, surcoût des travaux liés au calendrier d’intervention vis-à-vis des espèces, filtre à pailles de rétention provisoires), représentant un budget de 270 000 € HT 
  • Protection du milieu naturel (passages à amphibiens, tremplins pour chauve-souris, banquettes végétalisées pour maintien des continuités écologiques, plateforme pour le Balbuzard), représentant un budget de plus de 210 000 € HT
  • Protection des eaux (rétablissements des écoulements naturels, mise en place de bassins multifonctions, de fossés étanches, comblement coin d’eau et modelé, aménagement de zones humides), représentant un budget de plus de 5,6 M€ HT
  • Plantations compensatoires obligatoires (reboisement de 14,3 ha), représentant un budget de 120 000 € HT
  • Mesures compensatoires en milieu naturel (acquisition de parcelles forestières pour mise en œuvre d’une gestion favorable à la biodiversité pour les chauves-souris, reconstitution de réseaux de haies), représentant un budget de 355 000 € HT

Un reboisement forestier sera opéré par le Département à surface équivalente à celle défrichée de 14,3 Ha. Par exemple, la collectivité va reboiser une surface équivalente de 14,3 ha à celle déboisée en majeure partie sur les communes de Mardié et Saint-Denis-de-l’Hôtel
 
Le Département a mandaté un bureau expert en écologie indépendant pour s’assurer du respect et du contrôle de ces mesures environnementales pendant toute la durée du projet.
 
La collectivité s’est engagée à réaliser des aménagements paysagers (continuité de la Loire à vélo, acquisition pour adoucir les talus, deux belvédères sur le pont de franchissement de la Loire, plantations et arbres d’alignement), à hauteur de plus d’1,1 M€ HT.

Actualités

Découverte d’une nouvelle espèce sur le chantier de la déviation de Jargeau

17 juin 2019

Le 29 mars dernier, les équipes du Département ont découvert une nouvelle espèce protégée au niveau de la région Centre Val de Loire, sur le chantier de la déviation de la RD 921 entre Jargeau et Saint-Denis-de-l’Hôtel. Il s’agit d’une fleur, la Corydale solide, localisée à l’extrémité est du projet entre la RD 960 et la ligne ferroviaire. Cette découverte a été constatée dans le cadre des visites de terrain de l’écologue en charge du suivi de la biodiversité sur ce projet.

En effet, les travaux de défrichement et de broyage, réalisés respectivement à l’automne 2017 et 2018, ont favorisé le développement de cette espèce par sa brusque mise en lumière. Cette espèce est assez commune dans le lit majeur de la Loire et se rencontre en bordure de boisement et notamment dans les anciens parcs de châteaux. C’est effectivement le cas ici puisqu’il s’agit de l’ancien parc du château du Bois des Comtesses où elle a fait l’objet à l’époque de plantations d’ornement.

Le Département, soucieux de respecter la biodiversité, a fait réaliser un inventaire à son écologue courant avril/mai et a informé les services de l’État de cette découverte par courrier du 29 mai 2019. Aucune intervention ne sera réalisée sur l’emprise concernée avant de définir les mesures compensatoires de replantation de cette espèce et l’obtention de l’autorisation administrative correspondante. Le dossier réglementaire de demande d’autorisation sera prochainement adressé aux services de l’État pour son instruction.